1er conseil : refus de concertation du maire

En obtenant 28,3% des suffrages exprimés au second tour des Municipales, la liste AER fait une entrée remarquée au Conseil Municipal avec 4 élus et nous remercions pour cela les 1590 électeurs qui ont voté pour nous. 

Pour sa part, M. Ribault doit néanmoins garder en mémoire qu’il est l’un des maires les plus mal élus des Yvelines avec 37,2% des voix, soit 62,8% des électeurs ayant exprimé une réelle opposition à son bilan ou ses méthodes de gouvernance.

Nous serons une opposition franche, vigilante mais constructive. Nous avons immédiatement voulu savoir si le maire allait accepter de travailler avec nous. Avant le CM du 12/04/14, nous avons envoyé au maire 6 amendements, comme la loi l’autorise. Ces derniers, lors du CM, sont devenus de simples « propositions » qui, du coup, n’ont pu passer au vote. Nos propositions ont toutes été refusées par le maire, et lui seul.

Ces amendements avaient pour objectif d’améliorer la gouvernance tendant vers plus de transparence et d’équité : nous avons proposé que tous les élus puissent obtenir une indemnité, même symbolique (et pas seulement le maire et ses adjoints ou délégués).

Que le maire rende compte au conseil municipal de ses décisions en matière de délégation ; que la vice-présidence de la commission des Finances soit attribuée à un élu de l’opposition ; que cette dernière ait quelques représentants dans certains syndicats intercommunaux (comme beaucoup de communes le proposent) ; enfin que la commission d’appel d’offres puisse donner son avis préalable à tout marché d’un montant supérieur à 100 000 € au lieu de 500 000€.

Refus total. Toutes nos propositions étaient légales et auraient permis de donner une belle image du conseil municipal, en faveur de l’intérêt général, avec un maire responsable, transparent et respectueux des élus minoritaires.

La démocratie a encore du chemin à faire à Andrésy !

Lionel Wastl – Laurence Alavi – Eric Dareau – Jean-Claude Frot.