Andrésy doit débourser 572 000 € à l’interco Bédier (GPSO)

La majorité municipale LR-UDI de M. Ribault a voté l’intégration d’Andrésy dans le Grand Paris Seine et Oise (GPSO) piloté par la droite yvelinoise de M. Bédier. Une interco à 73 villes, de Mantes à Andrésy.

On nous promettait une plus grande efficacité économique et financière. Ça commence mal pour Andrésy : débitrice nette, elle est la 70ème commune sur les 73 en terme d’attribution de compensation financière – alors qu’Andrésy est la 10ème ville de GPSO en terme de population.

Cette position débitrice n’est-elle pas la conséquence des 4,6 millions d’€ dépensés pour refaire 400 mètres de notre centre ancien (projet Axe Majeur, 2010-2013) ?
 

Transferts de compétences et attributions de compensation : explications

 

Les villes ayant transférées des compétences à l’intercommunalité, cette dernière se finance sur les taxes professionnelles (maintenant CVAE : Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises). Notre ancienne CA2RS avait beaucoup transféré de compétences. De plus, Andrésy verse peu de recettes issues de la CVAE : notre commune est pauvre en tissu économique. La majorité municipale de M. Ribault n’a, depuis la création de l’interco en 2006, plus fait aucun effort pour attirer les entreprises sur le territoire andrésien. M. Ribault s’est souvent justifié en Conseil municipal : l’activité économique étant de compétence communautaire, Andrésy n’a plus à faire d’effort.

Au total, nos charges issues des transferts de compétences sont plus élevées que la dotation d’Andrésy vers la structure intercommunale. Aussi, chaque année, l’attribution de compensation pour Andrésy est négative : les contribuables andrésiens doivent plus à l’interco. Ce qui est le cas aussi de Triel ou Verneuil.
 

Avec la nouvelle interco GPSO : c’est pire !

Avec l’interco à 73 communes, la comparaison des nouvelles attributions de compensation pour 2016 était intéressante : en créant cette structure regroupant le Mantois et la confluence, la droite yvelinoise autour de Bédier et Tautou avait promis des synergies et une plus grande efficacité. Pour Andrésy, c’est la bérézina : l’attribution de compensation est encore plus négative qu’en 2015 : les Andrésiens vont payer 572 000 € au Grand Paris Seine et Oise !

 

Andrésy : 70ème sur 73 communes


Sur les 73 communes, très peu sont débitrices nettes. Derrière les 2 grosses communes « pauvres », Meulan et Verneuil, arrivent ensuite Triel et Andrésy. 
 

Andrésy est donc la 70ème commune sur 73 en terme d’attribution de compensation. Elle est négative. La majorité municipale de M. Ribault s’est lancée, durant le mandat précédent, dans des travaux d’ampleur inégalée sur la ville : la rénovation du centre ancien, sur 400 mètres, dont le budget a été de plus de 4,6 millions d’€. L’ex CA2RS a pris en charge une grande part de ces travaux.
 

La faute aux 4,6 M € de travaux du Centre Ville ?

Et le budget « Centre Ville » a continue a augmenté : en 2013, un surcoût de plus de 450 000 € a dû être pris en charge par la CA2RS pour des travaux supplémentaires issue de la Loi sur l’eau que les services de M. Ribault et de M. Tautou n’avaient pas anticipé.

Autant dire que la note du centre ville d’Andrésy a été salée pour l’intercommunalité : elle explique que notre ville reste fortement débitrice à l’égard de l’interco. Et que les contribuables andrésiens doivent encore verser à l’interco. Le passage au GPSO n’y a rien changé…