Avenue des Robaresses, on touche le fond !

Lettre ouverte des conseillers municipaux de la liste « Andrésy Energies Renouvelées » à M. Tautou, président de GPS&O

Andrésy le 14 novembre 2019


Objet : Problématiques engendrées par les travaux d’enfouissement des réseaux et par le chantier de construction Cogedim sur l’avenue des Robaresses à Andrésy.


A l’attention de :
 • M. Philippe TAUTOU (Président de GPS&O)
 • Mme Line BOUTEL (Voirie GPS&O)
 • M. Philippe FRABOULET (Voirie GPS&O)

Copie à :
 • M. Hugues Ribault (Maire d’Andrésy)
 • Collectif des riverains du projet immobilier Cogedim
 • Collectif de la rue de Chevreuse
 • Collectif de la rue des Terres Blanches

Andresy AvenueDesRobaresses 20191115 4

Mise à jour du 20 novembre

Suite à notre « lettre ouverte » l’avenue des Robaresses a été fermée dès lundi 18 novembre à 9h. Une réunion rassemblant Mairie, services de la ville et de GPS&O a eu lieu lundi matin, amenant à une réfection temporaire de la chaussée, qui a été réalisée mercredi 20 novembre.

La chaussée sera refaite définitivement lors de l’aménagement de cette partie de l’avenue des Robaresses probablement au cours du 1er semestre 2020, le calendrier restant pour l’instant incertain.

Mise à jour du 17 novembre.

Aujourd’hui, dimanche 17 novembre un cycliste de 80 ans a eu un accident sur le tronçon de l’avenue des Robaresses qui a nécessité l’intervention des pompiers.

L’accident redouté en bas de cet article (publié vendredi 15) est malheureusement arrivé.

Les élus AER demandent la fermeture de l’avenue des Robaresses et du chantier Cogedim jusqu’à sécurisation de la route, de surcroît dans l’optique du passage de la course des 20 bornes d’Andrésy dimanche 24 novembre.

 

 

 

 

 

Mesdames, Messieurs,

Depuis juin 2018, les travaux de construction des 290 logements du projet immobilier Cogedim ont lieu sur les anciens terrains de la CCIP (Zone Nord), avenue des Robaresses à Andrésy.

En juin 2019, l’avenue des Robaresses a été fermée sur une partie durant quelques semaines afin de procéder au raccordement du projet immobilier à l’assainissement et à la modernisation des canalisations d’eau potable. Ces travaux devaient s’inscrire dans un projet global d’enfouissement de tous les réseaux sur la totalité de l’avenue des Robaresses (de la RD55 à la rue de l’Hautil) complété par l’élargissement de la voirie au droit du projet.

L’état de la voirie avenue des Robaresses et la responsabilité de GPS&O

Depuis octobre et le début des travaux sur la seconde partie du chantier, la voirie s’est dégradée très rapidement et très fortement, malgré des rebouchages ponctuels avec de la terre ou de bitume.

Dans les faits, l’état actuel de cette chaussée découle entièrement du fait que les travaux d’enfouissement prévus en parallèle du projet immobilier ne pourront se faire sur la totalité de l’avenue des Robaresses comme prévu depuis les prémices de ce projet immobilier au seul motif que GPS&O n’est pas en mesure ou ne souhaite pas allouer les budgets nécessaires.

Cette décision crée un retard général des travaux d’enfouissement par rapport au planning prévu initialement et laisse la chaussée de l’avenue des Robaresses sans protection face au va-et-vient incessant des dizaines de poids lourds qui desservent le chantier.

L’avenue ne ressemble aujourd’hui plus à rien et la chaussée n’est plus compatible avec son flux habituel de véhicules (1200 en moyenne par jour de semaine).

Concrètement, l’avenue n’est aujourd’hui plus praticable.

Au 4 novembre, la chaussée s’était transformée en piste, et n’est physiquement plus en mesure de recevoir un trafic de voitures sans mettre en danger les véhicules et la sécurité de leurs occupants.

Au 15 novembre, ce sont des trous de quasiment 10 cm de profondeur qui parsèment la rue sur une centaine de mètres.


 

 

 

 

L’attitude schizophrène de GPS&O

En résumé, au lieu de faire l’enfouissement en une seul fois, GPS&O souhaite le faire en trois fois pour des questions budgétaires. Mais le début des premiers travaux est reporté au printemps et la chaussée de l’avenue des Robaresses s’est entre temps transformée en piste après la forte pluie avec des ornières profondes de 10 cm.

Aujourd’hui, la mairie d’Andrésy demande au promoteur de reboucher les trous de la route dont elle est en partie responsable par le passage des camions de chantier. Mais si des trous se forment c’est bien parce que l’enfouissement des réseaux n’a pas eu lieu et qu’aucun bitume ne recouvre la chaussée depuis fin juin, ce qui est de la responsabilité de la CU, avec de surcroît le risque que les réseaux d’eau déjà enfouis en juin soient abîmés par les dizaines de passages de véhicules de plus de 20 tonnes.

C’est donc le chien qui se mord la queue. La CU ne veut pas investir l’argent qu’elle aurait dû budgéter de longue date pour que cet enfouissement se fasse comme prévu.

En n’assumant pas sont rôle, GPS&O laisse se dégrader une situation dont elle est la seule responsable et qui va finir par l’amener à dépenser cet argent pour refaire temporairement une chaussée qu’elle veut faire plus tard pour des raisons budgétaires. La CU marche sur la tête.

On ne comprend pas la logique à l’oeuvre, sans parler de la responsabilité juridique de la CU en cas d’accident de personnes, de véhicules ou d’écrasement des canalisations installées en juin.

Il est temps de rendre la paix aux riverains et de se mettre à agir.

Ce que les élus AER demandent

Au regard de tous ces éléments, les élus AER demandent à M. TAUTOU, président de GPS&O, de reprendre les choses en main et d’assumer les transferts de responsabilités en matière de voirie qui leur ont été confiés à la création de GPS&O

Dans le cas présent nous demandons qu’une décision soit prise sous quinzaine :

  • Soit il faut débloquer l’argent manquant pour un démarrage des travaux immédiats ;
  • Soit il faut bitumer l’avenue des Robaresses avec un revêtement provisoire afin de sécuriser la circulation des riverains et l’accès aux deux chantiers.

Au regard de l’accident du 17 novembre 2019, nous demandons la fermeture de l’avenue des Robaresses et du chantier Cogedim tant que la chaussée n’a pas été sécurisée.

Dans l’attente de votre réponse,

Cordialement,


Lionel WASTL, Laurence ALAVI, Annie MINARIK, Michel Près.
Conseillers Municipaux
Groupe Andrésy Energies Renouvelées