Cérémonie des Vœux du maire d’Andrésy : un exercice d’autosatisfaction truffé de contradictions

Dans son exercice favori d’autosatisfaction, le maire d’Andrésy (LR), Hugues Ribault, a enchainé les poncifs et les contradictions.

Maire politicien dans l’âme, M. Ribault a profité de sa tribune annuelle pour faire de la politique nationale. En tapant sur le gouvernement socialiste, M. Ribault confond cérémonie des voeux et meeting politique.

Les élus AER décryptent les nombreuses contradictions du discours du maire d’Andrésy.

Lors de son discours à la population, Hugues Ribault, maire LR d’Andrésy, a cumulé les propos venant en contradiction avec ses actes et décisions passés

  • Le maire et sa majorité ne peuvent pas voter « pour » — et donc soutenir le projet intercommunal Grand Paris Seine et Oise (GPSO) obligeant 73 communes à se marier, sur des territoires différents, du Mantois à la confluence Seine et Oise, — après avoir voté « contre » le projet gouvernemental de refonte intercommunale en Ile-de-France ;
  • Le maire et sa majorité ne peuvent pas souhaiter que la commune « reste la porte d’entrée » du service public, tout en appelant à la création de ce GPSO de plus de 400 000 habitants qui affaiblit fortement la place de la gestion communale ;
  • Le maire et sa majorité ne peuvent pas condamner la baisse des dotations de l’Etat aux communes tout en portant l’étiquette d’un parti (« Les Républicains ») dont le candidat défait, Nicolas Sarkozy, prévoyait une réduction des dépenses de l’Etat trois fois supérieure à celle mise en œuvre par le gouvernement socialiste actuel ;
  • Le maire et sa majorité ne peuvent déplorer la baisse de la dotation de l’Etat à Andrésy tout en se lançant dans des projets superflus comme l’ouverture au public de l’île sauvage d’Andrésy (projet Trek’île) - dont le coût pour les contribuables andrésiens est de 400 000 €, soit deux fois plus que la baisse de cette dotation (sans compter les 40 000 € annuels minimum à venir) !
  • Le maire et sa majorité ne peuvent se prétendre « éco-exemplaires » alors qu’ils détruisent la biodiversité de l’île sauvage d’Andrésy (projet Trek’île), à coup de pelleteuses.
  • Le maire et sa majorité ne peuvent prévoir d’augmenter la population d’Andrésy de 25% en 8 ans, sans s’engager clairement en matière d’infrastructures publiques (écoles, routes, transports) et de services à la personne.

Les élus d’opposition Andrésy Energies Renouvelées et leur tête de liste, Lionel Wastl, tiennent à souligner ces contradictions qui sont révélatrices du mode de gouvernance de M. Ribault : opportuniste, dispendieux et surtout aux antipodes des attentes quotidiennes des Andrésiens.