Conseil municipal Jeunes d’Andrésy : un bilan 2016 des plus ténus

La deuxième séance du Conseil municipal Jeunes (CMJ) a eu lieu le 27 janvier 2016.

L’occasion de faire le bilan des actions réalisées en 2016 et de les comparer aux demandes des élus jeunes lors du premier conseil l’an dernier.

Le bilan de cette première année est faible. Rappelons que le maire et sa majorité municipale n’ont jamais voulu créer une ligne CMJ dans le budget.

La deuxième séance du CMJ en une année d’existence a permis de faire le bilan 2016 et de lancer de nouvelles pistes pour 2017.

Assis face au maire et à quelques maires-adjoints présents, les jeunes élus ont été moins timides et se sont même permis quelques échanges verbaux.

En nous basant sur les délibérations du premier CMJ (voir « Premier Conseil municipal Jeunes d’Andrésy ») , le bilan de cette première année est le suivant :

  • Projet 1 : organiser une fête de fin d’année. Réalisé.
    La fête entre collégiens a eu lieu à Julien Green en fin d’année scolaire dernière. Le CMJ souhaitait un budget de 5000 €. La majorité municipale a limité le budget à 2000 €. Les dépenses ont été de 2050 € (dont 1300 € pour le DJ et 225 € pour la sécurité).
  • Projet 2 : Installation de tables de ping-pong à Diagana. Non fait.
    Non seulement le maire et sa majorité n’ont toujours pas concrétisé ce simple projet, mais en plus ils ont décidé de placer les 3 tables à trois endroits différents de la ville. Diagana n’aurait qu’une seule table, une autre devrait être installée au parc de la Côte Verte. Apparemment, les tables sont commandées...
  • Projet 3 : Réinstallation d’une barre sur le skatepark. Réalisé.
    Le CMJ s’est limité à demander l’installation d’une nouvelle barre, enlevée quelques mois plus tôt par manque d’entretien.
  • Projet 3 : Infrastructure sportive sur le plateau des Charvaux. En cours.
    Le CMJ a pu voir le projet du city stade et donner son avis.
  • Projet 4 : Réfection dun Tunnel du Ponceau. Non fait.
    Le tunnel n’est toujours pas rénové (peinture et lumières supplémentaires) selon le souhait du CMJ.
  • Projet 5 : Améliorer l’éclairage dans la ville. Non fait.
    Ce point n’a même pas été rappelé en séance. On peut supposer que ce souhait est enterré.

D’autres actions de 2016

Le CMJ a rencontré le maire qui leur a expliqué le projet du Port d’Achères, en face d’Andrésy. Les jeunes ont travaillé aussi avec le CCAS. Ils ont pu visiter l’Assemblée nationale avec le député de la circonscription, Arnaud Richard. Les jeunes du CMJ ont aussi vendu des crèpes pour le Téléthon.

Et pour 2017 ?

  • Projet 1 : nouvelle fête de fin d’année, avec le même budget (2000 €).
  • Projet 2 : Voyage du CMJ à Strasbourg : une à deux nuits, visite de la ville et du Parlement. Il n’y a aucun budget pour l’instant. Le maire-adjoint aux Finances, Denis Faist, a invité les élus du CMJ a se prendre en main et monter un projet afin de démarrer le financement.
  • Projet 3 : Installation de bornes wifi à certains endroits de la ville. Prioritairement à Diagana, puis à Louise Weiss, bibliothèque et Julien Green. Les enfant soushaiteraient aussi des prises USB.
  • Projet 4 : élargir la tranche d’âge autorisée duCMJ de 14 à 16 ans. En effet, certains élus vont partir au lycée, l’année prochaine et souhaiteraient rester élus.
  • Projet 5 : appel à thèmes et à projets pour 2017. Le CMJ a créé une vidéo à destination des jeunes Andrésiens. Les élus cherchent un thème de conférence à organiser. Un questionnaire sera distribué au collège.

Les élus du CMJ ont rappelé qu’une page Facebook « CMJ d’Andrésy » a été créée et qu’une page sur le site de la ville d’Andrésy est prévue.

Des élus de l’opposition prévenus 4 jours avant la séance du CMJ : fidèle à ses habitudes autocratiques, le maire d’Andrésy n’a prévenu les élus de l’opposition municipale que 4 jours avant la tenue de cette séance. Les élus AER ont déploré ce manque de respect. Le cabinet du maire nous a rappelé qu’il n’y avait aucun délai légal à respecter. Nous espérons que les élus du CMJ ont été informés plus en amont de la date fixée par la ville.

Opposé au principe d’un conseil mmunicipal pour les jeunes lors de ses deux premiers mandats, le maire d’Andrésy, fidèle à ses principes de gouvernance, contrôle de près le travail des élus du CMJ. Ce dernier est une belle vitrine pour sa communication : toute la presse locale a été conviée pour cette séance du CMJ. Le maire ne fait pas de même pour les séances du Conseil municipal de sa ville !

Devant le bilan plutôt maigrichon, et face aux critiques formulées directement (comme cette élue qui s’est plainte de délais trop longs...) ou indirectement par les élus jeunes (car chaque projet du CMJ met le doigt sur les échecs de M. Ribault : insécurité, voiries dégradées, quartiers à l’abandon comme les Charvaux...), le maire n’a pas résisté à intervenir publiquement à la fin de la séance du CMJ pour rappeler que les projets « prennent toujours du temps » ou que certaines compétences relèvent de l’intercommunalité...