Courrier au Président du Comité français pour l’UNICEF dénonçant l’obtention du label Unicef « Ville Amie des Enfants » par la ville d’Andrésy

Les élus Andrésy Energies Renouvelées ont envoyé le 6 juin 2017 un courrier AR au Président du Comité français pour l’UNICEF visant à dénoncer l’obtention par la ville d’Andrésy du label « Ville Amie des Enfants ».

Ce courrier argumenté recense les oublis volontaires et les contre-vérités manifestes du dossier de candidature de la ville d’Andrésy, envoyé à l’UNICEF et qui lui a permis de décrocher le label.

Les élus AER rappelle aussi à la présidence de l’UNICEF qu’Andrésy obtient le label Ville Amie des Enfants alors qu’elle ferme sa crèche municipale et qu’elle licencie 14 assistantes-maternelles !

Monsieur Jean-Marie Dru,
Président du Comité français pour l’UNICEF.
3, rue Duguay-Trouin, 75282 Paris cedex 06
75006 Paris

Andrésy, le 5 septembre 2014

 

Objet : Obtention abusive par la ville d’Andrésy du label Unicef « Ville Amie des Enfants »
 

 

Monsieur le Président,

Votre association délivre le label « Ville Amie des Enfants » aux collectivités publiques qui développent des actions exemplaires à destination de l’enfance et de la jeunesse.
Selon vos propres écrits, le label est octroyé aux collectivités qui proposent des « actions de qualité en faveur des 0-18 ans », qui feraient preuve « d’innovation sociale » et de « bonnes pratiques » à destination de nos enfants.

En tant que conseillers municipaux d’Andrésy, nous sommes extrêmement surpris, voire choqués, que l’UNICEF ait pu délivrer un tel label à la municipalité d’Andrésy.

1/ Le label UNICEF alors qu’Andrésy ferme son unique crèche familiale publique

Dans son dossier de candidature, la ville d’Andrésy indique l’existence d’une crèche municipale, et de 14 assistantes-maternelles de la ville.
Or, en 2017, la municipalité d’Andrésy a décidé de fermer la crèche municipale et de licencier les 14 assistantes-maternelles de la ville !

La crèche familiale remplit pourtant un rôle social primordial dans toute commune. Elle permet à des parents à faibles revenus de faire garder leurs enfants sur une plage horaire plus large que le multi-accueil et à un coût financier deux fois moins élevé qu’auprès d’une assistante maternelle (AM) libérale. Elle permet à ces personnes, souvent des parents isolés, de pouvoir travailler et rapporter un revenu leur permettant de ne pas être à la charge de la société.

De leur côté, les AM de la crèche familiale profitaient d’un statut de contractuelles leur garantissant un salaire régulier

La presse locale s’est émue de cette fermeture qui touche les familles les plus modestes (Cf. l’article du Parisien : http://www.leparisien.fr/andresy-78570/andresy-la-fermeture-de-la-creche-familiale-provoque-des-remous-12-04-2017-6848853.php )

La disparition des 54 places qu’offraient les 14 assistantes maternelles laisse Andrésy avec le seul multi-accueil de 25 places de crèche à temps plein pour 12400 habitants !

2/ Un « dossier de candidature » truffé de contrevérités

Par ailleurs, la municipalité a gonflé ses actions pour obtenir le label.

Dans la liste des « équipements publics de la ville » (p. 13)

  • Il est indiqué la présence d’une bibliothèque, d’une école de musique et de danse PUIS d’un « espace culturel ».
    Ce dernier n’existe pas, ou alors il n’est constitué que des deux premiers équipements cités.
  • Le « plateau d’évolution pour adolescents » n’existe pas. C’est un projet de parc urbain qui doit voir le jour et qui vient remplacer des structures qui se sont dégradées depuis de très nombreuses années faute d’entretien par la même équipe municipale.

Dans les « projets d’Andrésy », fiche 1 « bien-être et cadre de vie » (p. 21) :

  • La Ville souhaite créer un « pédibus ». Sachez que cette même municipalité a refusé, par deux fois, d’aider les fédérations de parents d’élèves de la ville à créer un pédibus. Par ailleurs, le seul pédibus qui existe sur la ville (école des Marottes) est organisé par les parents, sans soutien de quelque sorte que ce soit, de la municipalité.
  • La « création d’une salle de sport et associative en centre-ville » n’est pas budgétée par la ville. C’est un projet qui est abandonné.
  • « Ouverture d’un local en soirée pour les jeunes » est impossible : il n’y a aucune salle de libre sur la ville et aucun projet n’est prévu, malgré les 3000 [erratum]logements qui doivent être construits [habitants devant arriver] dans les 7 prochaines années.

Dans les « projets d’Andrésy », fiche 4 « sécurité et protection » (p. 36) :

Le « plan triennal de formation des animateurs » est une coquille vide : la ville n’a aucun politique de formation des encadrants d’enfants.

Dans la fiche 6 « Santé, hygiène, alimentation », p. 46 :

Il est indiqué qu’Andrésy propose « des aliments bio une fois par semaine ». C’est un mensonge : Andrésy ne propose qu’un repas bio par mois. Ce qui représente un taux de 2,5% d’alimentation bio, alors que le Grenelle de l’Environnement préconise le quota de 20% dans la restauration scolaire.

Dans la fiche 9 « Jeu, Sport, Culture, Loisirs » (p. 65)

  • La municipalité annonce la «  création d’un espace jeunes à la bibliothèque municipale » : ceci est impossible, puisqu’il n’y a plus aucun espace libre.
  • Le budget de la bibliothèque a, par ailleurs, baissé de 50% entre 2004 et 2014. Il n’y a aucun poste informatique pour les usagers. Andrésy n’a aucune médiathèque et vidéothèque numérique. La municipalité a supprimé tous les abonnements des journaux quotidiens…

Dans le « budget de la ville consacré à l’éducation » (p. 81) :

  • Aucune mention du budget « Subventions aux associations sportives » d’un montant absolument ridicule : 59 713 € pour 2017, sur un budget de fonctionnement de 17 440 186 €. Les subventions aux associations sportives de la ville ne représentent donc que 0,35 % du budget de la ville. (voir pièce jointe : courriel du Président du club de Pétanque de la Ville d’Andrésy).
  • La ville a refusé de mettre en place des Temps d’Activité Pédagogique (TAP) dans le cadre de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, mais elle perçoit quand même l’aide du fonds de soutien de l’État aux communes.
  • Le budget annuel alloué pour les sorties scolaires (hors frais de bus) est de 6000 € (soit 0,48 cts par habitant) pour les sorties scolaires.

3/ Un « dossier de candidature » qui a oublié une partie du bilan

Enfin, la municipalité passe sous silence ses décisions qui vont à l’encontre d’un engagement envers l’enfance dans la ville :

  • Absence de tout temps d’activités périscolaires (TAP), issus de la réforme des rythmes scolaires.
    Nous vous laissons parcourir les articles de la FCPE d’Andrésy, sur leur site, qui reviennent sur le refus de la mairie d’Andrésy d’appliquer la réforme et de proposer des TAP :
  • Suppression du Marché de Noël annuel de la ville (en 2016).
  • Suppression de la Chasse aux Œufs (2016).
  • Suppression de la subvention à la crèche Babiloup (Chanteloup/Conflans) (2014)
  • Suppression de la Caisse des Ecoles (2004).

Pour toutes ces raisons, la ville d’Andrésy ne mérite pas d’être labellisée « Ville Amie des enfants ».

En tant qu’élus municipaux de la ville, nous vous demandons de ne pas labelliser la ville d’Andrésy.

Récompenser une ville qui s’engage aussi peu auprès de ses enfants serait préjudiciable pour l’UNICEF et nuirait à votre image, tout en déconsidérant la valeur du label « Ville amie des enfants ».

Nous vous prions de croire, Monsieur, en l’expression de nos sentiments distingués.

Laurence Alavi, Annie Minarik, Michel Près, Lionel Wastl
Conseillers municipaux à Andrésy.

PJ : Courriel envoyé aux membres de l’Office municipal des Sports d’Andrésy, par le président d’Andrésy Pétanque, concernant la faiblesse des subventions de la ville aux associations :
 

Portfolio

A lire sur le sujet

Le Président de l’UNICEF va interpeller le maire d’Andrésy sur sa politique anti-familiale suite au courrier d’AER

Les élus d’opposition écartés de la cérémonie UNICEF : une illustration de la gouvernance autoritaire du maire d’Andrésy

Évènements associés

Cérémonie signature Charte « Ville Amie des Enfants »

Espace Julien Green

4 Boulevard Noël Marc
78570 Andrésy