Des orientations budgétaires 2018 toujours aussi contestables

Budget Andrésy 2018

Lors du Conseil municipal du 15 février 2018, la majorité municipale LR a présenté aux élus ses orientations budgétaires pour 2018.

Malgré un gain de 1 million d’euros grâce à la hausse des impôts locaux votée en 2017 par la majorité Ribault/Faist, la situation financière reste critique - d’autant qu’Andrésy a refusé 600 000 € à l’interco GPS&O.

En matière d’investissements prévus, si les extensions des écoles sont prévues en raison de l’accroissement de la population (+ 600 logements avenue des Robaresses et Gare), d’autres projets (notamment Louise Weiss) sont constamment retardés.

En définitive, la majorité d’Andrésy continue de naviguer à vue, sans être capable de présenter une stratégie de développement et une vision d’ensemble de l’aménagement de la ville.

Déclaration de Lionel Wastl, chef de file des élus AER, au Conseil Municipal du 18/02/18

Le rapport d’orientation budgétaire (ROB), que vous présentez ce soir en conseil municipal, ne respecte toujours pas la réglementation en vigueur : doit y figurer (depuis 2016), outre les rémunérations du personnel, les avantages en nature et le temps de travail des agents communaux. Ces informations concernant le personnel n’y figurent pas.

 Comme nous connaissons aussi vos réticences à rendre public les informations concernant la commune, je vous rappelle que la Loi vous oblige dorénavant à mettre à la disposition du public, dans les quinze jours suivants le ROB. Le décret précise aussi que le public « est avisé de la mise à disposition de ces documents par tout moyen. »

S’agissant du contenu de vos orientations budgétaires :

« Jamais de ma faute »...

Vous aviez annoncé déjà votre ligne stratégique lors de vos discours aux cérémonies des vœux : les mauvaises nouvelles concernant notre ville ne sont pas de votre faute et de votre fait. C’est la faute de l’Etat, ou de l’interco...

Les charges de personnel ont augmenté de 3,6% en 2017 et de 1,5% pour 2017. Ces charges augmentent alors qu’il y a une stabilité des emplois sur la ville (en ETP). Vous aviez affirmé que cette augmentation était aussi due notamment à la réforme des rythmes scolaires. Avec le retour aux 4 jours d’école, on pourrait s’attendre à ce que vous anticipiez une baisse des charges salariales ! Et les transferts de personnel vers l’agglomération : quand en verra-t-on les effets baissiers sur les charges de personnel de la commune ?

Quand les impôts augmentent, vous ne citez (page 19) que la hausse de la taxe foncière décidée par l’interco mais pas un mot sur votre décision d’augmenter la Taxe d’Habitation, l’an dernier, de 8%. Un ROB devrait être objectif et ne pas mentir par omission.

Vous avez une surprenante politique d’endettement avec absence de renégociation du taux fixe (4,1% !) et doublement du capital dû à taux variable. Vos nouveaux emprunts ont tous été contractés à taux variable. Pouvez-vous ce soir justifier ce choix ?

D’autant que vous venez de nous dire, dans votre présentation, qu’il y avait un risque de reprise des taux d’intérêt en raison du retour de la croissance économique.

Les investissements réalisés (2017)

Ces investissements ont été deux fois moins nombreux qu’en 2016. Rappelons que les Andrésiens ont payé, en 2017, le parc urbain de l’île Nancy et fini enfin de payer la rénovation du centre ancien.

Il y a toujours des projets superflus et coûteux pour une ville, obligée d’augmenter les impôts, comme le port de plaisance et un terrain de pétanque absolument hors de prix.

La suppression de la taxe d’habitation

Depuis des mois, nous entendons dans cette assemblée tous les élus de droite se plaindre de la suppression annoncée par le gouvernement de la TH.

Et ce soir, quand j’entends des élus de droite étiquetés LR déclarer que cette baisse des impôts est « démagogique », mes repères idéologique et politique sont perturbés.

Certes, vous avez raison de souligner que la suppression de la TH déconnecte le contribuable de sa ville. Mais cela ne vous choque pas quand il s’agit de la DGF versée par l’Etat aux villes.

Pourtant, la suppression de la TH se justifie largement.

C’est un impôt rétrograde basé sur la valeur locative cadastrale qui n’a pas été actualisée depuis les années 70 (faute de courage politique) et qui est devenue déconnectée de la réalité du marché immobilier.

C’est un impôt injuste à double titre :

  1.  la TH est dégressive pour la moitié la plus aisée des contribuables : plus vos revenus augmentent, plus la TH pèse moins !
  2. Il n’y a aucune cohérence entre le niveau de richesses des habitants d’une ville et le montant de la TH. Certaines communes pauvres ont des TH plus élevées. Et cette injustice est démultipliée par le fait que la taxe peut peser sur un plus petit nombre de contribuables.

Projets 2018 : un budget en baisse de 20%

Certains projets essentiels pour la ville comme la rénovation du gymnase L. Weiss ne sera réalisée qu’en 2021.

En comparant ces prévisions avec celles du rapport de l’an dernier, on constate que vous avez reculé sur beaucoup de points : ce n’était pas 300 000 € mais 500 000 € qui étaient prévues pour L. Weiss.

A contrario, vous doublez le budget pour les véhicules et le matériel (de 400 à 830 000 €), sans être capable ce soir de justifier ce doublement.

Par contre, vous tenez à ce projet inutile et coûteux qu’est le Port de plaisance en Centre-Ville et sans aucune projection concernant sa viabilité économique.

Au total, les travaux sur la ville se monteraient à 4 M €.
Soit 20 % de moins que ce qui était prévu pour 2018 dans le rapport 2016 (4,8 M), et même 30 % de moins que vos prévisions de 2017.

A la recherche d’une vision précise et cohérente de développement de la commune...

En définitive, face à tant de changements budgétaires, on se demande si votre rapport 2018 est sincère. Surtout quand on regarde de plus près le réalisé.

D’autant que, comme les années précédentes, aucune stratégie globale ne vient étayer vos listes d’investissements. Encore des montants inscrits, sans cohérence et sans ordre.

Au-delà des slogans de communication que vous rabâchez à longueur de magazine municipal et d’éditos (« une ville où il fait bon vivre »), quelle est votre vision de long terme de la ville ?

Vous avez voté un programme d’aménagement et des objectifs ambitieux de croissance démographique (+20 % de la population en 8 ans, plus de 1200 logements) : ils n’apparaissent jamais dans ce rapport.

Quelle est votre stratégie financière pour stopper la hausse constante des impôts ?

Comment s’inscriront vos investissements avec les grands projets immobiliers qui sont mis en route, avenue des Robaresses et à la gare ?

Enfin, quelle est la stratégie d’investissement et de développement de la ville en prenant en compte notre appartenance à l’intercommunalité GPS&O ? Car celle-ci n’apparaît nulle part dans le rapport présenté ce soir... si ce n’est pour rappeler le contentieux judiciaire ou pour écrire qu’Andrésy participe aux débats du PLUi ? Heureusement ! Et cela n’a rien à faire dans un ROB. 

Autant de questions centrales qui devraient orienter votre stratégie de développement.

Je reste étonné qu’une municipalité au pouvoir depuis 16 ans ne soit pas capable de nous présenter un rapport d’orientation budgétaire sincère, exhaustif et argumentée, avec une stratégie de développement claire et structurée.