Deux Fermetures de classe à Andrésy

Si l’on en croit « Le Parisien » du 8 mars dernier, le Comité Technique Spécial Départemental de l’Education Nationale a « livré son verdict » et pré-déterminé ouvertures et fermetures de classes pour la rentrée 2018-2019 au sein des établissements primaires de notre département.

Andrésy : deux fermetures, une ouverture

Andrésy est concerné. Selon les informations du journal, une classe doit fermer à la maternelle des Charvaux, une autre à l’élémentaire Denouval alors qu’une classe ouvrira à l’élémentaire Saint-Exupéry.

Restés sans confirmation de M. Denis FAIST, maire-adjoint à la vie scolaire, sur ces annonces, les conseillers municipaux AER ne peuvent pas ne pas s’interroger sur le devenir de la gestion de nos établissements scolaires.

Des fermetures plus faciles que les ouvertures

Le Comité Départemental de l’Education Nationale (CDEN) est une instance tripartite de concertation sur toutes les questions qui touchent au fonctionnement du système éducatif : notamment la carte scolaire, mais aussi les taux de l’indemnité de logement, rythmes scolaires, règlement départemental, …

Le CDEN est co-présidé par le Préfet et le Président du Conseil Général (vice-président : l’Inspecteur d’Académie) et comprend :

  • Les représentants des personnels (toutes catégories 1er et 2nd degré)
  • Les représentants des élus (maires, conseillers régionaux et généraux)
  • Les représentants des usagers (parents d’élèves, Délégué départemental de l’Éducation nationale, …)

L’Education Nationale ferme très facilement des classes mais se fait grandement tirer l’oreille lorsqu’il s’agit d’en ouvrir. Une fermeture de classe n’est donc pas chose anodine et il s’avère nécessaire que la municipalité se positionne face à l’Education Nationale pour contrer ces fermetures.

En maternelle, une fermeture peut être décidée à partir du moment où le nombre d’élèves par classes restantes ne dépasse pas 32.

32 ! Mais qui peut concevoir qu’un enseignant puisse « gérer » 32 élèves de petite ou moyenne section ? C’est méconnaître les besoins d’enfants de ces âges et rendre ainsi impossible un vrai travail d’éveil et d’apprentissage, ce que se doit d’offrir l’école maternelle si on veut toujours la distinguer de la crèche ou de la garderie.

En élémentaire, et pour Andrésy dont les 4 écoles ont toutes 6 classes ou plus, le nombre moyen d’élèves par classe restante ne doit pas dépasser 27. On comprend, avec de tels effectifs, que l’apprentissage de la lecture, de l’écrit et du calcul n’est pas facilité.

Pour obtenir une ouverture, il faut, cette fois, que les classes existantes aient un effectif moyen de plus de 32,5 élèves en maternelle et 27,5 en élémentaire. La création n’est évidemment pas immédiate ce qui rend très difficile la vie des établissements concernés et cela souvent pendant de très longs mois sinon années.

L’arrivée de plusieurs gros projets immobiliers à Andrésy

A Andrésy, de gros projets immobiliers (projet CCI, projet gare, reconstruction à l’emplacement de l’ancienne résidence Colonna, …) vont générer un très grand nombre de nouveaux logements, drainant ainsi de nouveaux arrivants avec enfants.

Si, cette fois, la municipalité a anticipé l’agrandissement des groupes scolaires du Parc et de Denouval, une fermeture de classe au sein de ce dernier établissement s’avère donc inquiétante. Un problème réel de sureffectif par classe est à craindre à l’arrivée des nouveaux andrésiens. Les locaux seront fonctionnels mais aucun enseignant ne les investira.

Espérons que la mairie mettra tout en œuvre pour obtenir le maintien de ces 2 classes à la rentrée. Il est toujours moins difficile d’obtenir une non-fermeture qu’une réouverture.