Discours de Lionel Wastl lors du premier conseil municipal

Mesdames, Messieurs,

Chers Collègues,

En obtenant un peu plus de 28 % des suffrages exprimés au second tour des Municipales, AER fait une entrée remarquée au Conseil municipal.

Cette triangulaire ne nous permet, hélas, d’obtenir que 4 élus sur les 33. Ce qui est une très faible représentation.

Nous étions la plus jeune des 4 listes engagées, avec une moyenne d’âge de 44 ans. Fort d’une expérience associative locale, notre liste a beaucoup appris dans cette campagne.

Nous avons constaté que le contexte national pesait fortement sur le vote des électeurs, même dans une élection locale.

Nous avons appris aussi qu’une campagne de dénigrement ou de règlements de comptes entre anciens amis d’une même majorité ayant travaillé ensemble 13 années pouvait être finalement porteuse : les tracts incendiaires tant de l’équipe de Mme Muneret que de celle de M. Ribault ne les ont pas empêchés de finir devant nous, au second tour.

Nous avons appris que convaincre les électeurs du bien fondé de nos actions pour une ville en transition nécessitait des années de travail, et que le temps d’une campagne n’y suffisait pas.

Nous avons aussi appris qu’il est difficile de s’attaquer à une forteresse : vous tenez, M. Ribault, la mairie depuis deux mandats. Vous avez à votre disposition des moyens humains et logistiques bien supérieurs. Vous pouviez même compter, M. Ribault, sur votre directeur de cabinet... bien évidemment sur ses heures de temps libre !

La parution coup sur coup pendant la campagne de deux numéros du magazine de la ville, dont l’un entre les deux tours, avec édito du maire-candidat, était aussi difficile à « concurrencer »…

Et puis lorsque nous sommes devenus une menace, vous avez usé de moyens disons plus... violents.
Les événements violents de la nuit du 29/30 mars resteront d’ailleurs le seul vrai mauvais souvenir de cette campagne : au centre de ces incidents, votre équipe musclée de colleurs/Arracheurs. Episode qui aura marqué notre équipe.

Mais nous garderons globalement un très beau souvenir de cette campagne. Un groupe est né, AER. Composé d’Andrésiennes et d’Andrésiens fortement investis sur la ville, nos différences se sont transformées en richesse et en synergie.
Je vous annonce d’ailleurs que le travail continue, dans une structure associative qui nous épaulera durant cette mandature. Et puis, 2020 : c’est demain !

Nous représentons un renouvellement sur la ville :

Renouvellement des personnes, donc.

Renouvellement des idées et des valeurs : notre programme proposait des actions de terrain, concrètes, pour renforcer les liens de proximité et retrouver cette « ville à vivre » que nous souhaitons.

Des actions responsables financièrement car il n’était pas question de proposer aux Andrésiens des projets dispendieux, au regard de l’endettement que vous avez constitué après deux mandats.

Durant ce nouveau mandat, nous serons vigilants sur ce que vous proposerez aux Andrésiens, en matière d’économie d’énergie, d’aménagement durable (qui ne semblent à nouveau pas être une grande priorité au regard de leur rang dans les délégations), de promotion de notre économie locale, en difficulté ; en matière de solidarités (au moment où la crise économique durable pèse sur les familles andrésiennes les plus modestes) ; en matière d’enfance et de vie scolaire.

Nous regrettons déjà la réforme au rabais des rythmes scolaires que vous proposez à nos enfants, contre l’avis des parents, des fédérations de parents d’élèves et des enseignants.

Vous le savez, nous sommes aussi très attachés à la protection de notre territoire : notre mouvement est en partie né de notre opposition à votre projet d’urbanisation des coteaux de 2010 ou de votre soutien aux projets routiers...

A cet égard, l’un de nos plus grands regrets, c’est de ne pas avoir un élu à l’interco : nos compétences et nos idées en matière écologique auraient permis d’enrichir les actions durables réalisées au niveau de notre CA2RS.

M.Ribault : votre victoire a surpris plus d’un Andrésien.

Moi le premier : je vous avais donné perdant. Je m’étais trompé.
Vous êtes à nouveau maire d’Andrésy avec cependant l’accord de moins de 2 électeurs sur 5.

Vous êtes le plus mal élu des maires de tout notre territoire, et l’un des plus mal élus des Yvelines.

Gardez constamment en mémoire que 62 % des électeurs ont exprimé une réelle opposition à votre bilan (que vous clamiez incontestable mais pourtant très contesté), une opposition à votre équipe, une opposition à votre façon de gouverner.

Mais, avec cette nouvelle victoire M. Ribault vous n’avez plus rien à prouver.

Alors : profitez-en...

Profitez-en pour changer vos modes de gouvernance et stopper ces dérives autocratiques qui vous caractérisent tant et qui ont amené le TA à vous condamner pour « non respect des droits des élus municipaux », en 2011.

Vous venez d’élire de nouveaux maires-adjoints dont certains sont totalement inexpérimentés, sans connaissance des dossiers : montrez-leur l’exemple et soyez, pour eux, une référence politique.

Acceptez les critiques de l’opposition, acceptez toutes les associations andrésiennes au forum annuel, inscrivez dans le guide de la ville toutes les associations andrésiennes qui le souhaitent !

Profitez-en pour ne plus être ce maire « clivant ». Soyez le maire « rassembleur » que les Andrésiens attendent !

Pour ce nouveau mandat, nous avons deux craintes.

Et nous aimerions des réponses aujourd’hui, surtout devant un tel public :

1/ Il a été dit durant cette campagne que vous vous représentiez pour laisser la place, dans 2 ans, à l’un de vos bras droits, en l’occurrence M. Faist ou M. Mazagol. Être élu pour démissionner : ce serait tromper vos électeurs et tous les Andrésiens.
Pourriez-vous, ce matin, nous donner des garanties publiques que vous respecterez votre mandat jusqu’au bout ?

2/ Nous voilà flanqué d’un deuxième groupe d’opposition des plus atypiques, composés de vos anciens alliés.

Mme Muneret a toujours été une adjointe des plus fidèles : la première à vous défendre contre toute attaque de l’opposition.

Vous étiez main dans la main pour défendre votre projet d’urbanisation des coteaux. Une adjointe qui a voté TOUTES les délibérations proposées, sans nuance, sans abstention aucune...

Nous redoutons de revivre 2008 où le fameux groupe d’opposition de M. Marqué s’est vite transformé en deuxième groupe majoritaire.

Alors je m’adresse à Mme Muneret et à ses élus : vos électeurs ont voté clairement contre M. Ribault.

Pouvez-nous nous donner des garanties sur votre volonté de représenter, dans ce conseil, une véritable alternative à l’actuelle majorité de M. Ribault ?

N’allons-nous pas assister, dans quelques mois, à une réconciliation de tout ce petit monde sur le dos des électeurs ? Et nous retrouver avec un conseil municipal de 29 élus majoritaires et 4 d’opposition, sans représentant à l’interco ?

M. Ribault : vous avez la légitimité du vote démocratique (et c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas proposé de candidat contre vous durant ce conseil, et que nous nous sommes abstenus lors des votes des délégations).

Nous vous souhaitons donc bonne chance, ainsi qu’à votre majorité pour conduire les affaires de la ville.

Nous représenterons au mieux les 28% des électeurs qui ont adhéré à nos valeurs et à nos idées : nous serons une opposition franche, vigilante et constructive.

Pour preuve : nous vous proposerons, dès le prochain conseil municipal, deux délibérations visant à impliquer tous les élus dans la gestion de la ville.

Une première délibération en faveur de la mise en place d’indemnités pour tous les élus du conseil municipal, majorité et minorités comprises.

Une seconde qui proposera la présidence de la commission des Finances à un élu de l’opposition. Pour une gouvernance apaisée et ouverte.

Et dans l’intérêt de notre commune, que nous apprécions tous.

Je vous remercie.

A lire sur le sujet

Conseil municipal du 5 avril 2014