Hausse des impôts de 10 %

Chères Andrésiennes, chers Andrésiens,

Nous n’avons eu que 5 jours pour analyser le budget de la ville (150 pages) avant son vote en conseil municipal. Pour tout arranger, on nous fait voter le budget prévisionnel 2014 AVANT de connaître le budget retraçant les recettes et dépenses de… 2013 ! La majorité ne facilite pas le travail de l’opposition !

La situation financière d’Andrésy est fragile : nous gardons des dépenses de fonctionnement élevées et un poids fiscal par habitant supérieur à la moyenne de la strate. De plus, la ville ne peut plus autofinancer ses investissements car les remboursements de la dette sont devenus trop lourds.

Nous contestons donc les choix budgétaires de la majorité : dépenser 700 000 € pour une halte de plaisance de 50 bateaux et 1,8 millions d’€ pour un parc sur l’Île Nancy nous semble inapproprié en ces temps incertains. La majorité l’a écrit elle-même : « la rentabilité de ce projet n’est pas évidente » ! Ces montants sont à comparer aux 200 000 € prévus pour les travaux d’écoles en 2014.

En 2008, le candidat Ribault avait promis de ne pas augmenter les impôts locaux. Dès son élection, il les augmentait de 10%. En 2014, même promesse non tenue : M. Ribault a voté l’augmentation des impôts de notre interco (CA2RS) que les contribuables andrésiens payent aussi. Le maire a osé affirmer qu’il n’était pas au courant avant l’élection de la situation de la CA2RS, alors qu’il est l’un des vice-présidents et qu’il a eu en charge les finances de la CA2RS ! Cette hausse d’impôts en dit long sur l’inefficacité de notre interco (de taille réduite et sans assise financière) pour réaliser les économies d’échelle promises à sa création.

Nous n’avons hélas qu’une place très réduite pour nous exprimer. Mais nous aurions pu vous parler de la pétition des commerçants et riverains du centre ancien, demandant plus de places de stationnement. Ou encore de la volonté de la majorité de ne pas mettre en place les nouveaux rythmes scolaires à la rentrée…

A lire sur le sujet

Hausse des impôts locaux d’Andrésy : la faute aux pauvres !