Intercommunalité Andrésy / Mantes : un projet politicien, une vision technocrate.

La réunion publique à Andrésy sur le projet d’intercommunalité Grand Paris Seine et Oise à 73 communes et 400 000 habitants, de Mantes à Andrésy a eu lieu en présence de Philippe Tautou, maire de Verneuil, président de notre CA2RS, du pôle métropolitain et candidat à la... présidence de la future interco.

Une réunion désertée par la population et qui a confirmé que ce projet d’intercommunalité sera inefficace.

Créée de toutes pièces par la droite yvelinoise afin de constituer un fief au président du département, Pierre Bédier, cette interco Mantes / Andrésy est dorénavant soutenue par la majorité municipale de M. Ribault, alors qu’il y a quelques mois, MM. Ribault et son bras droit de l’UDI, Denis Faist, étaient contre ce projet intercommunal..

Les arguments avancés par M. Tautou, lors de cette réunion, n’ont pas du tout convaincu le maigre public présent. Le maire de Verneuil s’est révélé un digne technocrate, fidèle parmi les fidèles du parti LR et de Pierre Bédier, le leader de la droite yvelinoise.

Jeudi 15 octobre, se tenait une réunion publique, à l’espace Julien Green, en présence de Philippe Tautou, président de la communauté d’agglomération des deux rives de la Seine (CA2RS) et président du pôle métropolitain créé pour préfigurer la future communauté urbaine de 400 000 habitants dont nous ferons bientôt partie : Grand Paris Seine et Oise.

Philippe Tautou : c’est la première fois que l’un des initiateurs de ce projet, bras droit de Pierre Bédier, se déplaçait à Andrésy pour y rencontrer élus et citoyens. Une première rencontre avec les conseillers municipaux d’Andrésy avait été annulée par M. Tautou lui-même.

La majorité municipale d’Andrésy a brillé par son absence de publicité pour cette réunion publique. Aucune affiche n’a été collée en ville.

Résultat : une petite trentaine de personnes seulement était présente (en décomptant les vingt élus de la majorité municipale garnissant le premier rang) alors que le projet Seine Aval changera la vie de tous les jours des Andrésiens.

L’expert commandé par MM. Tautou et Ribault tente de démontrer la « pertinence » du regroupement

Les 4 élus et expert présents en tribune ont monopolisé plus de 2 heures la parole. Cela a commencé par l’exposé très technique, façon court magistral universitaire, de l’avocat « commis d’office »… et financé par les concepteurs de cette interco Seine Aval.

Cet expert a tenté de monter que la Seine Aval, de Mantes à Andrésy, avec 73 communes, était un « territoire pertinent ».

Les élus d’Andrésy Energies Renouvelées (AER) sont intervenus pour rappeler qu’aucune étude, ces 10 dernières années, ne confirmait cela : la préfecture, l’INSEE, la région et même l’agence d’urbanisme Seine Aval (AUDAS, agence de l’Opération d’intérêt national Seine Aval) ont toujours distingué le mantois de la confluence autour de Poissy, Achères, Conflans et Andrésy. (Voir notre analyse : http://www.andresy-energies-renouvelees.com/le-mariage-force-d-andresy-de-la.html ).

Le préfet n’a pas décidé seul dans son bureau de regrouper Mantes et Andrésy !

AER a aussi vertement répondu à MM. Tautou et Ribault qui ont tenté de convaincre le public que « c’était le préfet, donc l’Etat, qui avait imposé cette interco Seine Aval ».

Nous avons rappelé d’abord que le préfet n’a pas, seul dans son bureau, tiré au crayon le territoire Seine Aval : il a rencontré le président du département (LR), M. Bédier, ainsi que M. Tautou. Que ce projet Seine Aval est un souhait de la droite yvelinoise et de son patron, M. Bédier, qui ne veut pas que son fief (Mantes) soit isolé de la confluence Seine et Oise. Ensuite, aucun de nos élus de la CA2RS n’avait déposé d’amendement lors des commissions régionales en présence du préfet. Or, certaines intercommunalités en Ile-de-France ont été scindées suite à la demande des élus locaux. Pire : M. Ribault a voté « pour » le projet Seine Aval en conseil municipal !

Pour créer une interco, on crée un pôle métropolitain !

Nous avons déploré aussi que M. Tautou, soutenu par la majorité de M. Ribault, ait eu l’initiative de créer une nouvelle couche administrative, avec budget, indemnités, voitures de fonction… afin de « réfléchir » à la création de la Seine Aval et d’y lancer des études (800 000 € aux frais des contribuables).

Rappelons la situation ubuesque qui concerne les communes de la CA2RS enserrées dans une OIN Seine Aval et maintenant un « pôle métropolitain » Seine Aval… avant d’être absorbées dans une interco au nom ronflant que passéiste de Grand Paris Seine et Oise ! (voir, sur ce sujet : http://www.andresy-energies-renouvelees.com/01-interco-grand-paris-et.html ).

Philippe Tautou : le discours du technocrate

Le (maigre) public attendait avec impatience l’analyse de Philippe Tautou pour défendre cette méga interco de 73 communes et 400 000 habitants. Il n’a pas été déçu.

M. Tautou nous a gratifiés d’un long discours sur sa vision du futur de notre territoire, digne d’un technocrate éloigné des réalités de terrain. Monsieur Tautou, qui semble avoir de grandes ambitions à la fois personnelles et pour cette communauté urbaine, a en effet sacrément manqué de vision d’avenir.

A aucun moment, Monsieur Tautou, comme d’ailleurs aucun des participants sur scène (Denis Faist, 1er adjoint aux Finances, et monsieur Ribault, notre maire), n’a eu le moindre mot pour la vie quotidienne des habitants de cette future interco.

Leurs seules réflexions et leurs seules motivations portent sur le logement au sens quantitatif du terme (où et comment réussir à construire les logements que demande l’État), et le développement économique.

Mais à aucun moment, il ne s’est agi de promouvoir le développement économique comme un moyen de rapprocher les habitants du territoire de leur lieu de travail. Non, il s’agit simplement de mettre des chiffres dans des tableaux pour faire parler des courbes.

Ainsi, pour M. Tautou, l’interco Mantes/Andrésy se justifie par la présence de « projets structurants » : le projet du port de Triel, du port multi-modal d’Achères, le pont d’Achères/Denouval, le canal Seine Nord, … autant de « projets » concentrés sur la confluence qui pourraient justifier une intercommunalité autour de la confluence.

Pour le président de la CA2RS, la Seine-Aval a de grandes entreprises : les constructeurs automobiles à Flins et Poissy, EADS… mais qui existaient avant et qui existeraient toujours, avec ou sans le projet intercommunal !

La Seine-Aval se justifierait aussi, pour M. Tautou, par le développement des transports : « la Seine est un axe structurant, … l’A13 est un axe structurant,… Eole [le futur RER Paris Mantes par la rive gauche] est un axe structurant,… la future ligne Paris Normandie est un axe structurant… ». Mais en quoi une autoroute, un fleuve « structurerait » une intercommunalité ? En quoi un projet de la Région et du STIF (Eole) justifierait le projet ?... Mystère !

Pourquoi une interco Mantes/Andrésy ? Pour le « tourisme fluvial » !!!

Pour Monsieur Tautou, le développement économique qui a occupé presque tout son discours, c’est le… tourisme fluvial !

Le président de la CA2RS et maire de Verneuil a tout compris à l’envers : pour lui, le port du Havre a vocation à accueillir les porte-containers du monde entier, et les containers remonteraient la Seine, jusqu’au futur port d’Achères.

Quant au canal Seine Nord, pas encore creusé, mais prévu pour des bateaux à très grand gabarit, Monsieur Tautou imagine (avec l’aide de son expert-avocat) qu’il nous déverserait des flottilles de petits bateaux de tourisme avec plein de touristes hollandais dedans. À moins, qu’il n’ait imaginé des bateaux de croisière de 130 m comme celui qui a essayé de stationner à Andrésy mi-octobre. On imagine bien que l’État français se risquerait à dépenser des milliards d’euros pour quelques bateaux de croisière !

M. Tautou ne peut l’ignorer : le canal Seine Nord va favoriser les gros bateaux porte-containers hollandais et belges, ruiner au passage la batellerie française et ses bateaux plus petits, et continuer de ruiner le port du Havre qui a déjà du mal face à la concurrence des ports du Nord.

On peut donc imaginer que les bateaux de tourisme fluvial seront tranquilles sur la Seine-aval. C’est donc tout le contraire de ce qu’imagine Monsieur Tautou.

Quoi qu’il en soit, le tourisme fluvial, c’est soit de petits bateaux, peu nombreux, soit de gros bateaux de croisière, où tout est consommé sur le bateau.

Dans un cas comme dans l’autre, on imagine bien qu’en termes de développement économique, ça ne va pas aller chercher bien loin. D’autant que les jolies villes de notre communauté d’agglomération, non pas grand-chose en commun avec des sites comme Giverny, Versailles, Rocamadour ou le Mont-Saint-Michel...

Les élus AER sont à nouveau intervenu sur cette thématique très surprenante pour rappeler que le tourisme fluvial est en décroissance, et donc plutôt en crise, en Ile-de-France. Et qu’une interco se justifiant par le tourisme fluvial semble totalement délirant.

Et le « bassin de vie », vous connaissez, MM. Tautou et Ribault ?

Logements à construire, développement économique et tourisme fluvial : voilà les 3 justifications officielles de la Seine-Aval, pour ses concepteurs. C’est ainsi qu’au bout de 3 heures de réunion, MM. Tautou et Ribault n’ont jamais évoqué ce qui doit être au cœur d’un projet intercommunal : le bassin de vie.

La nouvelle carte intercommunale francilienne pour 2016 respecte majoritairement les bassins de vie des populations – sauf donc chez nous.

Notre future interco ne respecte pas le périmètre pertinent permettant des économies d’échelle et regroupe des bains de vie totalement différents (voir notre analyse : http://www.andresy-energies-renouvelees.com/les-6-intercos-fusionnees-ou-le.html).

Au cours de son long discours, pas une fois M. Tautou n’a jamais évoqué le bassin de vie, les zones de chalandises, d’études, de santé des habitants de la confluence… bref, tout ce qui fait la vie de tous les jours de nos habitants.

La vraie intercommunalité des Andrésiens, c’est le confluent et Cergy.

Pas une fois M. Tautou n’a parlé de vie quotidienne. On ne sait donc pas ce que cette communauté urbaine de 400 000 habitants peut apporter à ses habitants que n’apportaient pas les communautés plus petites actuelles.

On ne nous a d’ailleurs pas parlé non plus d’économies d’échelle. On ne nous a pas parlé de proximité. On ne nous a pas parlé d’efficacité. On ne nous a pas parlé des services, des emplois, des soins, de la justice, de l’éducation, et de leur distance par rapport aux usagers.

Le projet purement politicien du « Grand Paris Seine et Oise »

A l’issue de cette réunion publique, Philippe Tautou, Hugues Ribault et Denis Faist se sont montré sous leurs vrais visages : des hommes politiques à l’ancienne, sans vision d’avenir, complètement coupé de la vie quotidienne des gens.

Mais pouvait-il en être autrement ?

Car M. Tautou, la majorité municipale d’Andrésy et toute la droite yvelinoise réunie sur ce projet (1) soutiennent un projet intercommunal purement politicien qui n’a qu’un seul objectif : garantir le fief de Pierre Bédier.

Car le président du conseil départemental des Yvelines sait qu’à plus ou moins brève échéance les départements sont menacés de disparition pure et simple. Alors, Pierre Bédier se construit un nouveau territoire à sa mesure. Les Andrésiens en sont réduits à être les victimes de ces petits calculs de nos politiciens.

----

(1) Sans parler des élus socialistes du territoire dont certains soutiennent sans faille cette interco. Par exemple, les élus PS de l’actuelle intercommunalité Poissy-Achères-Conflans votent toutes les délibérations favorables au Grand Paris Seine et Oise !
 

Documents associés

Enregistrement de la réunion publique sur la création de la communauté d’agglomération Seine Aval
Enregistrement de la réunion publique sur la création de la communauté d’agglomération Seine Aval

Portfolio

A lire sur le sujet

Réunion publique d’information sur la création de la communauté d’agglomération Seine Aval

La CA2RS de MM. Tautou et Ribault disparait sur un bilan proche du néant

Andrésy doit débourser 572 000 € à l’interco Bédier (GPSO)

La mafia Bédier a investi notre intercommunalité.

Andrésy refuse de payer 600 000 € à notre interco

Le maire d’Andrésy refuse de payer les impôts à l’interco GP&SO

Interco Mantes / Andrésy : hausse des impôts, recours juridiques... Ribault dans la tourmente.

Analyse du PADD intercommunal par les élus AER