La réponse du maire d’Andrésy au déclin du commerce de proximité ? Une 3ème étude en 6 ans !

Noyée dans les exercices de délégations du maire, présentées en début de conseil municipal du 5 juillet 2017, une « décision de signer un accompagnement de la ville d’Andrésy pour une vision partagée du développement du commerce de la ville avec la société Archipel, pour un montant de 23 400 € ».

Cette nouvelle commande d’une étude est au moins la troisième sur les deux derniers mandats de M. Ribault.

Combien d’états des lieux du commerce andrésien payés à grands frais à des prestataires extérieurs faudra t-il au maire d’Andrésy et à son adjointe au commerce de proximité, Mme Labourey, avant de se décider à agir pour sauvegarder notre marché et nos commerçants andrésiens ?

Annie Minarik, conseillère municipale AER, est intervenue en conseil pour rappeler cet historique et l’inaction de la municipalité.

Le maire préfère faire appel à une société privée alors que la CCI propose des « managers de ville »

Pourquoi faire appel à une société privée, alors que les villes voisines de Conflans et d’Achères viennent de signer une convention valable 1 an avec la CCI Versailles Yvelines pour l’intervention d’un manager de ville ? Idem pour les communes de Chanteloup et des Mureaux…

Les villes de Conflans et d’Achères ont ainsi noué un partenariat qui met à leur disposition un « manager de ville », employé par la CCI, qui est ensuite rétribué par les 2 villes (30 000 euros annuels pour un plein temps).

L’avantage du partenariat : un manager de ville formé et expérimenté qui permet de capitaliser sur son expérience des autres villes environnantes. Et un coût divisé par 2 pour l’intervention d’un professionnel pour les 2 communes soit 15 000 euros (source la gazette en Yvelines du 28 juin).

Annie Minarik a donc questionné le maire :

Pourquoi n’avez vous pas souhaiter profiter de cette aubaine ?

Pourquoi avoir choisi la sociétéArchipel ? Pouvez-vous nous présentez la société Archipel, le bilan de ses actions, l’expérience des intervenantes sur le projet ?

Aucune réponse.

Le commerce du centre-ville, une problématique connue, analysée et étudié sous tous les angles depuis... 2012.

Ce qui nous étonne, c’est que votre municipalité est au pouvoir depuis 16 ans et que vous continuez à faire des études (qui coûtent chers aux contribuables) ou à faire des réunions avec certains commerçants de la ville pour leur demander ce qu’il faut faire.

Il nous semble que les problématiques autour du commerce de proximité sont bien connues et qu’il aurait fallu AGIR depuis longtemps.

Cette énième étude est d’autant plus étonnante qu’une réflexion sur le commerce andrésien a déjà été réalisée au moins deux fois : en 2012, au sein de votre Agenda 21 , puis dans le cadre du Contrat Ville 2012-2015, signé avec le Département.

Déjà en 2012 dans l’Agenda 21 d’Andrésy

Après le Grenelle de l’Environnement, votre municipalité a tenté de surfer sur la vague écologiste en élaborant un Agenda 21 qui, depuis, a été complètement abandonné.

 Et déjà, dans cet Agenda 21, le commerce local était censé être déjà un enjeu et une source de préoccupation majeure.

On peut lire dans l’axe 4 « Equité socioculturelle » : « Soutenir l’activité commerciale dans les quartiers et services de proximité ».

Avec en prime un planning de mise en œuvre :

  • Etudier l’offre actuelle en matière ce commerces de proximités et d’offre de soins et analyser les besoins de la population (fin 2011) ;
  • Elaborer en concertation avec les acteurs locaux un schéma de développement commercial (2012) ;
  • Accompagner les acteurs dans la création de commerces de proximité (2012.2013) ;
  • Création d’une union commerciale ;
  • Projet FISAC (1)

Il y avait un « indicateur d’évaluation et de réussite » : la progression du nombre de commerçants par quartier (d’après une étude de marché 09.2011 de votre partenaire de l’époque, le cabinet d’études Albert).

Quid du bilan l’Agenda 21 ? Quel soutien aux commerces des Charvaux par exemple ? Où est votre « schéma de développement commercial » ? Quels sont les résultats de votre indicateur de réussite ?

Aucune réponse.

Un Contrat Centre-Ville avec le Conseil général des Yvelines (2012-2015)

Et puis, lors du projet de restructuration du centre-ville, vous avez passé un Contrat Ville avec le département.

Afin d’obtenir des subventions du département pour la rénovation du centre-ville, la mairie d’Andrésy a passé un contrat dit « Contrat Centre-ville ». avec l’état des lieux et les objectifs suivants :

  • Améliorer le cadre urbain susceptible d’influencer la fréquentation du centre-ville ;
  • Les Conditions d’accessibilité et de stationnement ;
  • Condition d’implantation des activités commerciales et artisanales ;
  • Commerces alimentaires faiblement représentée en raison de la concurrence des centres commerciaux ;
  • Centre-ville à la visibilité réduite, linéaire marchand disparate et mal identifié, impression de commerce diffus ;
  • L’amélioration de l’offre commerciale passera donc plus par une revalorisation qualitative que par un développement quantitatif des commerces.

Et toujours des promesses pour des objectifs non tenus, car vous vous vous êtes engagé à poursuivre ou mener les actions suivantes. Notamment :

  1. la publication d’une lettre d’information par les commerçants et l’organisation de manifestations thématiques (Fête de la ville, des lumières de Noël) ;
  2. l’élaboration d’une charte des devantures ;
  3. la réalisations d’aménagements pour faciliter l’accès aux commerces des personnes à mobilité réduites ;
  4. la mise en place d’une signalétique directionnelle depuis les axes structurants de la ville.

Pour ce dernier point, nous pouvons tous constater l’inexistence ou l’obsolescence de l’existant, quand il n’est pas à terre (au niveau du Franprix...).

Avec la signature du contrat de centre-ville, la ville s’engageait à dresser un bilan de ce dispositif.

Quel est donc le bilan des réalisations effectuées dans le cadre de ce contrat de centre-ville ?

Aucune réponse.

L’absence de travail de la maire-adjointe à l’economoie locale

Enfin, pour ce troisième mandat, lors du Conseil municipal de novembre 2015, promesse est faite par Madame Labourey, maire-adjointe à l’Economie locale et à l’animation du commerce de proximité, de tenir des commissions sur les problématiques du marché et des commerces andrésiens, évoqués maintes fois lors des conseils municipaux.

A ce jour, deux commissions se sont tenues en 2016 et 2017, l’unique ordre du jour portant sur le renouvellement de l’autorisation d’ouverture le dimanche des magasins Picard et Casino.

Par ailleurs, aucune commission n’a été réunie pour évoquer cette décision de passer par une société privée pour refaire une autre étude sur le commerce pour 23 400 €.

Quel sera donc le destin de ce fumeux énième état des lieux ?

Car, à part l’implantation d’une grande enseigne en ville que vous avez encouragé et qui du coup a amené une concurrence directe et néfaste pour nos petits commerçants, votre bilan en matière de commerce de proximité est nul – voire négatif .

Il se solde par les fermetures de nombreux commerces et l’abandon de festivités (chasses aux oeufs, marché de Noël...).

On ne peut que constater, malheureusement, l’affaiblissement du commerce de proximité aux Charvaux et dans le centre.

 

 

 (1) L’action du FISAC se traduit par le versement de subventions aux collectivités locales et aux entreprises (en faveur d’entreprises économiquement viables et à condition de ne pas induire de distorsion de concurrence). Le FISAC finance des actions de fonctionnement (animation, communication et promotion commerciale, recrutement d’animateurs de centre-ville, diagnostics…) ou d’investissement (halles et marchés, centres commerciaux de proximité, signalétique commerciale, aides directes aux entreprises...).

 

Documents associés

Enregistrement de l’intervention AER sur le commerce local lors du conseil municipal du 5 juillet 2017
Enregistrement de l’intervention AER sur le commerce local lors du conseil municipal du 5 juillet 2017

A lire sur le sujet

Commission Économie et Commerce local

Commission Économie et Commerce local

Stationnements du Centre Ville : le maire critique les commerçants

Le maire d’Andrésy vote une nouvelle taxe pour lutter contre les friches commerciales

Le maire d’Andrésy lance une étude sur le commerce local en faisant appel à un... cuisiniste !

Commerce local : le maire d’Andrésy reprend la proposition des élus AER