Les réunions de quartier à la sauce Ribault

Les réunions de quartier du troisième mandat de M. Ribault ressemblent à celles d’avant : malgré les promesses d’ouverture et de plus de « démocratie de proximité », ces réunions excluent tout travail avec l’ensemble du Conseil municipal.

Comme tout Andrésien, c’est dans leur boîte aux lettres que les élus municipaux de l’opposition ont appris la tenue des réunions de quartier de novembre et décembre 2014.

L’opposition non informée

Le maire a pourtant créé une délégation à M. Dos Santos intitulée « Démocratie de proximité » ; le maire a aussi un directeur de cabinet ; enfin le maire a organisé un Conseil municipal le 7 novembre dernier. Malgré tout cela, aucun élu de l’opposition n’a été informé de la tenue des réunions de quartier d’hiver.

Des quatre candidats en liste lors des dernières Municipales, M. Ribault est celui qui a proposé le moins de propositions sur le thème de la « démocratie locale ». Pour le candidat-maire, les réunions de quartier sont l’outil principal d’une meilleure concertation et écoute locales.

Rappelons-lui d’abord que les réunions de quartier existent dans plus de 80 % des communes de France de plus de 10 000 habitants. Rappelons-lui ensuite que les réunions de quartier à Andrésy ont toujours été de simples réunions d’informations, sans compte-rendu, sans engagement aucun de la majorité municipale sur telle ou telle demande des riverains.

Quand le maire place ses amis...

Pour ce mandat 2014-2020, le maire a innové : les élus de l’opposition ont appris (par le biais du Journal municipal de juillet 2014) les nouvelles modalités « pour plus de concertation ».

C’est ainsi que le maire, s’appuyant sur l’adjoint à la Démocratie de proximité, a décidé de proposer trois référents par quartier. Ceux-ci seraient l’intermédiaire entre le maire et son équipe, et la population. Et qui retrouve-t-on ? Deux élus... de la majorité de M. Ribault et - vraie nouveauté - un référent non élu.

Quelle ne fut pas la surprise de constater que ces troisièmes référents non élus n’étaient autres que... des amis du maire ? Deux des trois nouveaux étaient, en effet, inscrits sur la liste de M. Ribault (« Andrésy au Coeur ») en position non éligible : MM. Lefebvre et Mallet.

Alors que le maire et sa majorité auraient pu travailler avec l’opposition sur ces réunions de quartier, les vieux réflexes autocrates de M. Ribault sont hélas toujours présents.

Les élus AER s’en sont émus, lors du Conseil municipal du 3 juillet 2014 (voir PV CM 03/07/14, page 104). Lionel Wastl a pu ainsi en conclure que « la démocratie de proximité restait interne au groupe majoritaire Andrésy au Coeur ».

Voir en ligne

PV Conseil Municipal 03/07/14