Liberté d’expression... même à Andrésy ?

Tribune AER - Janvier 2015

Le maire d’Andrésy vient de déclarer son attachement à la liberté d’expression, suite aux attentats du début de l’année.

De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas que M. Ribault pourrait franchir...

Chères Andrésiennes, chers Andrésiens,

Après le formidable élan de protestation contre les tueries qui ont secoué la France, nous devons chacun nous interroger sur le sens et la portée de cette liberté d’expression qui commence là, au pas de notre porte.

La France est le 4e pays à être le plus condamné par la Cour européenne des Droits de l’homme pour atteinte à la liberté d’expression. Dans le quotidien de nos villes, celle-ci reste encore trop souvent bafouée. À Andrésy, des associations sont toujours exclues du Forum et du Guide de la ville car elles pensent différemment du maire en place. Pire : le règlement du Forum dispose qu’ « aucune critique de quelque nature que ce soit n’est autorisée »...

Si nos élus, quel que soit leur opinion sur Charlie Hebdo, ont témoigné leur solidarité, nous attendons désormais d’eux des actes et de l’exemplarité.

Il en va de même du bon emploi des mots. Lors de la marche silencieuse du 09/01, notre maire déclare « les terroristes sont morts : juste destin ». Cette dernière phrase nous a choqués dans la bouche d’un élu de la République. Certes, chacun s’est senti soulagé que se termine cette incompréhensible violence. Mais on peut regretter que la Justice ait perdu l’occasion de mettre en lumière et d’apporter des réponses aux nombreuses questions soulevées par ce drame.

Trois Français ont versé dans le terrorisme. Ce fait mortifère révèle la nécessité, pour nous, peuple de France, de nous interroger en profondeur sur notre relation à l’autre, sa culture, sa religion, ses différences.

Notre pays a la chance de pouvoir compter sur la laïcité -prise dans son sens exact de neutralité et non d’exclusion- pour favoriser le dialogue interculturel et religieux, plutôt que le repli sur soi. Cela passe aussi par une meilleure éducation à la diversité de nos jeunes.

Nous formulons le vœu pour qu’en 2015, nous puissions réellement « vivre ensemble », dans un esprit d’écoute, de dialogue et de tolérance, à Andrésy et dans le reste du monde.

A lire sur le sujet

Le maire d’Andrésy supprime les réunions de quartier