Parc urbain de l’île d’Andrésy : des travaux en toute illégalité

Lors du Conseil municipal du 26 mai 2016, les élus d’Andrésy Energies Renouvelées ont souhaité obtenir des réponses sur les travaux des aménageurs qui se déroulent, sur l’île, dans la plus grande illégalité.

Le projet Trek’île coûte cher aux Andrésiens, il a détruit la biodiversité et se poursuit alors que toutes les autorisations n’ont pas été obtenues.

Le maitre d’ouvrage est la ville. Donc le maire, pénalement responsable.

Le maire-adjoint aux Travaux, Alain Mazagol, s’est révélé incapable de répondre à nos questions. Il ne semble absolument pas suivre le plus gros chantier de la ville.

[Article écrit avant la crue de la Seine]

Panorama vers l’ouest le 2 juin 2016

La mairie peut-elle confirmer l’ouverture du parc urbain Trek’île pour le 14 juillet prochain ?

Alain Mazagol, maire-adjoint aux Travaux, espère en effet ouvrir l’ensemble de l’île d’Andrésy aux habitants courant juillet.

Une convention a t-elle été signée entre la Ville et VNF pour la construction de deux belvédères sur la servitude de marchepied ?

Alain Mazagol, maire-adjoint aux Travaux, n’a pas répondu. MM. Ribault et Mazagol ont seulement affirmé « travailler de concert et depuis le début avec VNF sur ce projet Trek’île ».

La maire d’Andrésy a-t-elle l’autorisation de remplir la mare artificielle avec l’eau de la Seine ?

Normalement, la mare créée de toute pièce doit être remplie par pompage de la nappe alluviale. La mairie n’a pas obtenu d’autorisation des autorités pour pomper la Seine, au début du projet.

Or, comme les aménageurs ont planté les plantes aquatiques avant de remplir la mare, ils sont actuellement en train de pomper la Seine pour éviter des pertes.

Alain Mazagol n’a pas confirmer avoir d’autorisation. Mais, il ne s’agit pas de « remplir la mare, seulement d’y mettre un peu d’eau ».

Le pompage actuel par la Seine est source de nuisance sonore pour tous les riverains (entre 65 et 70 décibels, de 8h à 19 heures).

Par ailleurs, l’eau de la Seine est polluée. Alors que la nappe alluviale ne l’est pas, puisque filtrée par la terre.

La majorité municipale a été incapable de nous confirmer une autorisation de pomper la Seine.

Les deux belvédères construits sont en partie sur la servitude de marchepied et sur la berge : la mairie a-t-elle signé une convention ou reçu une autorisation de VNF sur ces deux constructions ?

Pas de réponse de M. Mazagol. Si ce n’est de nous répéter qu’ils travaillaient de concert avec VNF.

Dans le rayon « La Folie des Grandeurs », les deux éoliennes agricoles de 12 mètres de haut vont être acheminées par... hélicoptère pour être installées dans la mare artificielle. Avez-vous des informations sur la date ou les conditions de l’héliportage ?

L’adjoint aux Travaux n’a pas d’informations.

Respect du Cahier des Charges : que font les entrepreneurs des déblaiements des cheminements créés sur l’île ?

Alain Mazagol n’en sait rien. A partir de ce moment, agacé, il a répondu, en conseil municipal, que nous « devrions demander aux entreprises du chantier ».

Nous avons confirmation que, sur ce point, le cahier des charges n’est pas respecté par les aménageurs. Les déblaiements sont actuellement renappés sur les côtés des chemins créés. Or, il est prévu qu’ils soient évacués (CCTP, lot 1, page 24).

Comment la mairie peut-elle expliquer la présence de véhicules motorisés sur la servitude de marchepied, alors que cela est interdit ?

Même réponse : cela regarde l’entreprise ; cela relève de sa responsabilité.

Les élus AER ont rappelé solennellement à M. le Maire que des entreprises et des particuliers ont été condamnés par les tribunaux pour « usage de véhicule motorisé sur la servitude marchepied ». Par ailleurs, toujours dans le cahier des charges (lot 1, page 27), cette interdiction est inscrite : « la circulation des engins de chantier n’est pas autorisée par la loi sur la servitude de marchepied et encore moins sur les parcelles privées ». M. Ribault a signé ces clauses techniques règlementaires.

Enfin, les élus AER ont rappelé à la majorité municipale que la mairie a la délégation de l’ENTRETIEN du marchepied (convention tripartite avec les VNF et la préfecture). Elle a donc le droit d’entretenir le marchepied. Mais pas le droit de contrevenir au passage d’engins motorisés.

Les aménageurs ont posé du géotextile en plastique noir recouvert de grave-ciment sur un passage qui chemine entre les arbres sur les parcelles privées numérotées14 et 15, ceci afin de permettre le passage des engins de chantier. La mairie a-t-elle reçue les autorisations des propriétaires pour le passage d’engins de chantier sur ces parcelles 14 & 15 ?

Pas de réponse puis à nouveau : « cela regarde les aménageurs ».

Les AER, aidés en cela par l’association Trank’île, ont eu au téléphone le propriétaire de la parcelle 15 : il n’a donné aucune autorisation de passage d’engins motorisés sur ses terrains.

 

 

En conclusion, la majorité municipale semble découvrir nombre de ces irrégularités. L’adjoint aux Travaux ne suit pas le chantier le plus important d’Andrésy, d’un montant de 1,8 M d’€.

Pire, la mairie laisse faire ces irrégularités. Elle est maître d’ouvrage et garde l’entière responsabilité du chantier et de l’ensemble des irrégularités ainsi que du non-respect du cahier des charges.


* Article écrit avant la crue de la Seine.

Documents associés

Questions AER et débat sur le projet Trek’Île lors du conseil municipal du 26 mai 2016
Questions AER et débat sur le projet Trek’Île lors du conseil municipal du 26 mai 2016

Portfolio

A lire sur le sujet

L’exposition présentée par la municipalité sur son projet d’extension de l’île Nancy

Projet d’aménagement Ile Nancy - Trek-Île

Projet Trek’ile d’Andrésy : des habitants contre

Une lettre ouverte au maire d’Andrésy à propos du projet d’extension du parc naturel de l’île Nancy

Projet d’extension du parc de l’île Nancy : non prioritaire et trop cher

Manifestation contre le projet Trek’île, jeudi 21 mai, 11 h

Manifestation contre le projet Trek’Île

« Non à l’extension du parc de l’Ile Nancy » !

Trek’Ile : des riverains tentent de s’opposer à l’ouverture du chantier

Conférence « Ile-de-France, Terre de cinéma »

Trek’Île - Une foreuse sur l’île

Déforestation de l’île d’Andrésy : deux accidents sur le chantier Trek’île et des prescriptions non respectées

Trek’île + Boulodrome = Trek’Boules !!!