Pont Achères (RD30-RD190) : la nouvelle connexion départementale - Présentation du projet

Un projet routier qui créera de fortes nuisances à l’extrême sud d’Andrésy (quartier Denouval).

Un dossier emblématique du maire d’Andrésy qui a toujours soutenu et voté ce projet 2x2 voies, avant de faire volte-face…

Les caractéristiques du projet

Budget : 100 millions d’euros.

Le projet est constitué d’une Départementale et d’un nouveau pont (1850 m. de long)

Cette 2x2 voies se raccordera, côté rive gauche, à la RD 30. Sur un kilomètre, cette départementale sera réaménagée en « boulevard urbain » 2x2 voies, jusqu’au giratoire (créé courant 2009) au niveau de la rue 8 mai à Achères.

Côté Andrésy, le franchissement de la Seine se prolongera jusqu’à la RD 22. Ainsi, la nouvelle voierie n’est pas directement reliée à la RD 55, rendant la liaison entre Achères et Andrésy un peu plus compliquée : le département prévoit une connexion RD 22/RD 55 avec un réaménagement du giratoire existant à Carrières sous Poissy.

Ce nouveau nœud va devenir un passage fréquenté avec l’agrandissement de l’hypermarché Leclerc et la création d’une galerie commerçante (projet accordé).

Le CG 78 financera bien plus qu’un franchissement de la Seine : la nouvelle départementale traversera la plaine de Chanteloup, pour créer une connexion avec la RD 190, entre Triel et la déchetterie Azalys. Cette « section interurbaine » de 1,5 km a priori en 2x1 voie sera néanmoins élargissable à 2x2 voies. La RD 190 sera transformée en boulevard urbain 2x2 voies.

Pont d’Achères & Projet A104

Le projet choix du tracé emprunte en partie l’exact tracé vert du prolongement de la francilienne ! Au niveau de la RD 30 et surtout du passage de la Seine, la future route passera au même endroit que la A 104.

Au niveau de l’île de la Dérivation (Carrières), il y a donc un pont 2x2 voies prévu et, en souterrain, à la verticale, une autoroute ! Les deux voiries se rejoindraient au niveau de la RD 22, créant alors le plus grand échangeur routier du canton.

Les tracés proposés pour la A104 étant antérieurs aux décisions du département, celui-ci connaissait donc l’incohérence de ce pont avec la A104. Jamais les deux collectivités n’ont travaillé de concert. Ce n’est que les décisions maintenant prises que le CG78 (et le maire d’Andrésy) ont souhaité une collaboration entre l’Etat et le département.

Les atouts économiques pour la boucle de Chanteloup

D’un point de vue économique,

Cette nouvelle liaison est/ouest avec franchissement du fleuve permettra de compléter le maillage routier – condition importante avant de développer la friche de 600 hectares entre Carrières, Triel et Chanteloup. Cette nouvelle voirie, qui reliera la rive gauche de la Seine, Chanteloup et Triel sans passer par Carrières et Poissy, renforcera la compétitivité du projet d’éco-construction de la CA2RS.

En terme de mobilité

La nouvelle liaison permettra de rééquilibrer un maillage routier excessivement orienté nord/sud, avec le goulot que représente Poissy. Le nouveau pont d’Achères réduira les nuisances sur le pont de Fin d’Oise et la connexion avec la N 184 par Conflans, particulièrement nuisible pour les Conflanais. Il permettra surtout d’alléger le trafic dans Carrières et Poissy (au niveau du pont et de la RD 30). Le pont de Poissy est effectivement particulièrement chargé en période de pointe (40 000 véhicules / jour).

Ces atouts doivent être nuancés

D’une part, rappelons que toute nouvelle infrastructure routière génère, à moyen terme, un appel d’air avec la création de nouveaux flux routiers. D’autre part, la réduction du trafic sur le pont de Poissy peut être moindre que prévu, puisque beaucoup de ses usagers veulent rejoindre l’autoroute A 13. Or, le passage par le futur pont d’Achères, par le pont de Triel, puis par les RD 154 et 113 (Vernouillet et zone commerciale d’Orgeval) pour rejoindre l’ A13 ne sera qu’un long détour qui risque d’en décourager plus d’un. Ce qui manque ? Une sortie sur la A 13, au niveau de la RD 154 (« La Maison Blanche »).

Les faiblesses du projet en terme de développement durable

Malgré ses avantages économiques, ce projet routier contredit tant les engagements du Conseil général des Yvelines en matière de développement durable que les principes du Grenelle de l’Environnement.

La majorité UMP de M. Bédier l’avait pourtant affirmée en 2006 : les habitants « souhaitent un aménagement doux des berges de la Seine pour les (…) préserver. Ils ne veulent pas d’un bétonnage des berges1 »

Ce pont va défigurer l’une des plus belles berges d’Ile-de-France : des centaines de familles carrièroises et andrésiennes aiment se promener ou courir, le dimanche, sur les berges de Seine, face à l’île d’en Bas (voir photo-montage). Des associations locales s’y opposent (association ADRESP & collectif « Non au Pont d’Achères ! »).

Avec les vents dominants sud ouest/ nord est, les Andrésiens seront aux premières loges de la pollution sonore et olfactive…

Côté Grenelle, ce n’est pas cette nouvelle route à 4 voies qui permettra, en effet « d’augmenter la part de marché du non routier et non aérien de 14 % à 25 % pour 2022 ». Avec les dégâts environnementaux au niveau de la Seine, il est peu probable que le pont Achères/Carrières respecte la règle issue du Grenelle « d’inversion de la charge de la preuve » (prouver qu’un autre projet ne serait pas plus efficace en terme de développement durable).

Enfin, le Grenelle de l’Environnement a rappelé que les « transports collectifs » devaient être la priorité de tout investissement en terme de « transports de voyageurs ».

Or,

  1. Le financement de cette nouvelle voirie a été voté alors que des études de déplacements au niveau du territoire de l’OIN Seine-Aval viennent seulement d’être lancées. Le département construit donc des routes avant d’en connaître les besoins ou de développer les transports en commun ! Lors de l’enquête publique, le CG78 a avoué que « des études de trafics affinées sont en cours. Elles consistent notamment en des simulations réalisées sur la base d’hypothèses de développements attendus dans le secteur et sur les différents projets d’infrastructures de transport (conditions de trafics à l’horizon 2020 et 2030). »

  2. Plus grave : le projet ne prévoit pas réellement une « voie en site propre » dédiée aux transports en commun sur le pont. Depuis, il est question de réserver l’une des deux voies aux bus mais à certaines heures seulement (lire : aux heures creuses…).

Rappelons que près de 40 % des Yvelinois considèrent que « la protection de l’environnement » est une de leur attente majeure.

1 in Schéma départemental pour un développement équilibré des Yvelines, synthèse des contributions, forum de consultation, 7 mars 2006.

 

Documents associés

Fiche_ETUDE_Liaison_RD190_RD30 mai 2014 - 61

A lire sur le sujet

Pont d’Achères : le TA dit « oui » !