Proposition de subvention de 1300 € à l’association écologique d’Andrésy

Lors du Conseil municipal du 16 mai 2017, Lionel Wastl, au nom des élus d’Andrésy Energies Renouvelées, a proposé au maire LR d’Andrésy de verser une subvention de 1300 € à l’association andrésienne écologique Le Cri de la Terre qui réalise d’exemplaires opérations de nettoyage des berges et de la ville très régulièrement.

Le maire a refusé. Il préfère verser cette somme de 1300 € à l’association politique Berges Saines du député-candidat LR/UDI.

La majorité de M. Ribault a adhéré à l’association Berges Saines, présidée par le candidat-député LR, Arnaud Richard.

Les élus AER ont voté « contre » cette adhésion. Ils ont été les seuls. Berges Saines est une association politique, dont tous les membres du bureau sont des élus politiques.

Deux fois par an, son président (et député), vient sur Andrésy ramasser quelques déchets sur les bords de Seine. Et chaque fois, c’est l’occasion aux candidats LR/UDI de venir se faire photographier par la presse locale et par les services com’ du maire d’Andrésy qui s’empresseront ensuite de publier une page dans le journal de la ville sur cet événement purement politicien.

Le candidat-député et le mélange des genres : il tracte pour sa campagne, puis il enfile son tee-shirt Berges Saines, la même matinée au marché d’Andrésy... Le candidat est aussi président de Berges Saines. Ses opérations médiatisées sont toutes organisées, sur notre territoire pendant la campagne des Législatives. Ainsi, le candidat-député LR/UDI est attendu à Triel-sur-Seine, le 5 juin prochain pour le même mélange de genres. Ces opérations s’arrêteront après les Législatives...

En 2016, l’opération sur Andrésy a été l’occasion à la candidate LR/UDI aux Régionales de venir se faire photographier. Beaucoup d’Andrésiens présents à cette opération s’étaient plaints de cette récupération politique.
Le 28 mai dernier, le candidat-député est d’abord venu sur le marché tenir son stand de campagne, distribuer ses tracts de campagne puis il a enfilé son tee-shirt associatif et est parti, devant les journalistes, ramasser quelques détritus.

Les élus AER déplorent ce mélange de genres et cette récupération politique.

Rappelons que le maire d’Andrésy est un fidèle militant du député-candidat. En 2011, M. Ribault avait exclu de la ville l’association écologique OSE (Organisme de Sauvegarde Ecologique) qui venait réaliser des opérations spectaculaires de nettoyage de la Seine sur Andrésy, avec un bâteau.

Fidèle à ses orientations politiques, le maire d’Andrésy a préféré adhérer à l’association politique du député - qui récupère pourtant 9 fois moins de déchets lors de leurs opérations.

Berges Saines est censée réaliser des « réunions thématiques » autour de l’écologie et du fleuve. De fait, elle n’organise qu’une réunion par an. Son site se limite à publier des informations publiques. Il n’est guère d’actualité et évoque encore les inondations de 2016.

Le Cri de la Terre ignorée par le maire d’Andrésy

De surcroît, une association d’habitants d’Andrésy s’est créée et réalise tous les mois des opérations de nettoyage de la ville et de la Seine. Une association écologique et non politique nommée « Le Cri de la Terre ».

Aucun élu de la majorité d’Andrésy ne s’est jamais déplacé. Pire : cette majorité refuse d’aider Le Cri de la Terre, depuis sa création. Si les opérations du candidat LR ont le droit chaque fois à une longue publication dans le journal de la ville, Le Cri de la Terre demande, depuis janvier dernier, un encart dans Andrésy Mag’, pour annoncer la création de l’association. Les membres de l’association attendent toujours, six mois après...

Récupération politique et greenwashing

Les élus AER constatent à nouveau que le maire d’Andrésy préfère la récupération politique et les opérations de greenwashing, plutôt que de soutenir le mouvement associatif écologique.

Les élus AER, lors de ce conseil municipal, ont proposé au maire de verser le montant de l’adhésion à Berges Saines à l’association Le Cri de la Terre, soit 1300 €. Le maire n’a même pas daigné répondre à notre proposition en conseil.

 

Voir en ligne

Le Cri de la Terre

Portfolio