Scandale au Conseil municipal : le maire d’Andrésy augmente les impôts et... les indemnités de ses élus !

Dans le même Conseil municipal, Hugues Ribault, maire d’Andrésy, a réussi l’exploit d’augmenter les impôts des Andrésiens (double hausse : taxe foncière et taxe d’habitation), sans oublier d’augmenter ses propres indemnités !

Complètement décomplexé par 16 ans de pouvoir sans partage, Hugues Ribault ne s’embarrasse plus de considérations. En raison de la revalorisation de l’indice des fonctionnaires de catégorie B & C, le maire avait, en effet, l’obligation de voter une nouvelle délibération sur les indemnités de son équipe. Mais en refusant de baisser le taux d’indemnisation, le maire augmente automatiquement les indemnités de ses élus : maire, maires-adjoints et élus-délégués !

L’augmentation est, certes, symbolique. Mais dans le contexte d’augmentation des impôts locaux (la quatrième depuis qu’il est élu), le maire d’Andrésy aurait pu se passer d’un tel bras d’honneur à destination des contribuables andrésiens !

Le communiqué de presse des élus AER :

Lors du Conseil municipal du 29 mars 2017, le maire d’Andrésy, Hugues Ribault, soutenu par sa majorité (LR), ont voté une double hausse d’impôts.

Un an après avoir voté « pour » l’adhésion d’Andrésy à l’interco GP&SO, le maire est obligé d’augmenter la taxe foncière (+3,5 points, soit une hausse de 18%).
Les Andrésiens ont donc la preuve que M. Ribault n’avait rien négocié avant d’adhérer à l’interco et que celle-ci n’est pas source d’économies d’échelle.

Non content d’augmenter la taxe foncière, le maire d’Andrésy a voté une augmentation de la taxe d’habitation (+1,18 point, soit une hausse de 8%).
Cette hausse des impôts servira notamment à financer des projets coûteux et inutiles comme le parc urbain Trek’île ou le port de plaisance 25 bateaux !

C’est donc la 4ème fois depuis qu’il est élu maire (2001) qu’il augmente les impôts locaux : preuve éclatante de son incapacité à gérer une ville, sans alourdir la fiscalité des Andrésiens.

Dans le même conseil municipal, le maire et sa majorité ont poussé le vice à voter une délibération qui augmente les indemnités du maire et de ses adjoints ! 

Hausse des impôts des Andrésiens et hausse des indemnités de M. Ribault et de ses adjoints ! On peut comprendre que les citoyens soient dégoûtés de la politique et de ses représentants !

Les élus AER ont proposé que ce supplément d’indemnité voté (1400 €) soit reversé au budget « Projets d’école ».
Refus de la majorité.

L’ancienne adjointe à l’Urbanisme réagit à notre intervention sur les indemnités  : Voter une hausse d’impôts, puis une hausse d’indemnités...On a senti la majorité un peu gênée aux entournures par l’entrechoquement de ces deux délibérations. Seule l’ancienne élue à l’Urbanisme, débarquée il y a quelques mois, redevenue simple élue de la majorité a réagi en conseil municipal, en s’exclamant (hors micro) que « c’était vraiment facile » de la part de la tête de liste, Lionel Wastl, d’attaquer le maire sur cette hausse symbolique.

Au moment où le maire augmentait de 8 % la taxe d’habitation et de 18 % la taxe foncière, il votait l’augmentation de 1,22 % de ses indemnités.

Aucun montant des indemnités n’a été présenté en conseil municipal : seuls des % indiciaires ont été inscrits sur les délibérations. Les élus AER ont donc sorti leur calculatrice pour donner les montants des indemnités votés par MM. Ribault et Faist :

  • Indemnité du maire = 1 900 € nets
  • Indemnité du Premier adjoint = 895 €
  • Indemnité des maires-adjoints = 700 €
  • Indemnités des élus-délégués = 280 €

Les indemnités sont donc réparties entre 13 élus de la majorité. Les 10 autres élus, ainsi que tous les élus de l’opposition, ne reçoivent aucune indemnité.

A ces indemnités communales, il faudrait ajouter les indemnités reçues par le maire, le premier adjoint et l’adjointe au Social au niveau de l’interco (500 €), ainsi que les indemnités reçues par ses élus dans les différents syndicats - dont nous n’avons pas le montant.