Stationnements du Centre Ville : le maire critique les commerçants

Lors du Conseil municipal du 28 juin dernier, interrogés sur les problèmes récurrents de stationnement dans le centre ancien, notamment sur le boulevard au niveau des commerces et du marché, le maire, Hugues Ribault, et son adjoint aux Travaux, Alain Mazagol, s’en sont violemment pris aux commerçants andrésiens.

« Il serait bien que les commerçants laissent la place aux clients ! », s’est exclamé le maire d’Andrésy.

Lors d’une question diverse posée par l’opposition Les Républicains/PCD sur les problèmes du marché d’Andrésy, le maire et sa majorité ont surpris l’assemblée en portant des attaques directes sur les commerçants d’Andrésy.

Les commerçants ne respectent pas les horaires

Alors qu’un débat s’instaurait sur les raisons de la fragilisation du marché d’Andrésy, le maire a commencé à se plaindre des commerçants des halles : « le gestionnaire du marché a quelques difficultés à faire respecter les horaires, pas de tous les commerçants, mais de quelques uns et cela pose un problème au niveau du nettoyage ensuite ».

L’opposition a rappelé aussi les tensions qui existaient entre l’adjoint aux Travaux, Alain Mazagol, et les commerçants du centre : « il existe un certain nombre de décalages dans le discours tenu par M. Mazagol [et la réalité], notamment pour la Fête de la Musique ». Ce dernier a répondu en déplorant la présence d’un orchestre sur la terrasse de l’avant-Seine : « Je suis allé voir ce qui se passait ce soir-là et j’ai trouvé qu’il y avait malgré tout un danger de circulation ».

Mais les attaques directes sur les commerçants andrésiens ont concerné les problèmes de stationnements, aux heures pleines, et les samedis matins.

Les commerçants du boulevard critiqués ouvertement par le maire

Après avoir nié tout problème de stationnement, MM. Ribault et Mazagol ont ensuite fait des reproches aux commerçants du boulevard.

Le maire a d’abord rappelé que « des contrôles permanents de stationnements sont faits ». Mais le maire a reproché aux commerçants de garer leurs voitures devant leurs boutiques : « Il serait bien que les commerçants laissent la place aux clients. C’est comme le marché le samedi matin, c’est pareil ».

Alain Mazagol : « on a vu sortir en courant les commerçants ! »

Encouragé par le maire, Alain Mazagol, son fidèle adjoint, n’a pas résisté à la tentation de critiquer directement les restaurateurs, agents immobiliers et banquiers du centre-ville : « Les patrons des restaurants disent qu’ils veulent des places : il faudrait qu’ils ne laissent pas leur voiture au-delà de la dépose des objets qu’ils ont à déposer. Hier, par hasard, j’étais avec la Police municipale [dans le centre]. Les agents sont passés pour verbaliser et vérifier les gens qui stationnaient. Et là, on a vu sortir en courant tous les commerçants du quai pour enlever leur voiture : les banques, les agences immobilières et certains restaurateurs ».

Il est de notoriété que l’adjoint aux Travaux, Alain Mazagol ne s’entend pas très bien avec les commerçants andrésiens, mais de là à les attaquer ainsi frontalement, en plein Conseil municipal...

Nous déplorons ces propos : la restructuration du centre ancien a coûté très cher, a réduit le nombre de places de stationnements et a entrainé une baisse énorme du chiffre d’affaires des commercants pendant près d’une année. Et tout cela, les commerçants n’y sont pour rien. Ils ont déjà beaucoup souffert des choix de la majorité municipale pour ne pas avoir à subir de tels propos excessifs tenus par le maire d’Andrésy et son adjoint, Alain Mazagol.