Tract Trank’Île Avril 2015

NON À L’EXTENSION DU PARC DE L’ÎLE NANCY (dit projet Trek’île)

Hugues Ribault nous dit dans le magazine municipal de mars : « L’île Nancy est un joyau du patrimoine naturel andrésien. C’est pourquoi nous sommes en train de mettre au point le projet d’extension de son parc naturel à l’ensemble de l’île... »

MALGRÉ UNE CONJONCTURE DIFFICILE LE PROJET EST TOUJOURS D’ACTUALITÉ !

UN DISCOURS CONTRADICTOIRE :

Alors que la municipalité prétend ne pas avoir les moyens pour réaliser des dépenses indispensables (activités périscolaires, entretien des écoles, des voiries, des bâtiments publics...), elle s’obstine dans un projet inutile et coûteux.

UN SIMULACRE DE CONCERTATION :

En décembre dernier 118 personnes ont visité l’exposition de présentation du projet en mairie, soit 1,25 % des Andrésiens inscrits sur les listes électorales. 47 avis (dont 27 défavorables) sont notés sur le registre tenu par la mairie (0,49 % des Andrésiens se sont exprimés sur le projet Trek’île !!!).

UN COÛT APPROXIMATIF ET DES FINANCEMENTS INCERTAINS :

Coût annoncé : 1 400 000 €. C’est une estimation pour un projet qui a subi depuis son origine de nombreuses modifications. Le 2 avril 2015 le conseil municipal a voté un budget de 120 000 € pour l’achat de terrains dans l’île.

Financement (sur la base de 1 400 000 €) :

  • 50 % par le Conseil Général des Yvelines (nos impôts locaux !)

  • Le Conseil Régional « pourrait » (?) subventionner le projet à hauteur de 20 %.

  • À la charge des Andrésiens : 700 000 € (nos impôts locaux !)

NB : Le coût de l’entretien n’est ni chiffré, ni pris en compte ! (nos impôts locaux !)

STOP À L’AUGMENTATION DE NOS IMPÔTS LOCAUX !

UN PROJET INUTILE ET COUTEUX NON RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT :

Sous couvert de respect de la nature et d’écologie des arbres seront encore abattus. Une zone humide artificielle sera créée dans une île qui subit régulièrement des crues qui endommageront les aménagements. Aucune étude d’impact environnemental n’a été faite. Avec deux éoliennes qui dépasseront de la cime des arbres et une oriflamme plantée sur le vieux pigeonnier, que fait-on du respect du paysage ? La municipalité affirme que sept espèces de chauves-souris ont élu domicile dans l’île. Ignore-t-elle que les chauves-souris sont protégées par l’article L.411-1 du Code de l’Environnement ? Quel sera l’impact d’un afflux supplémentaire de touristes sur l’île ? Où stationneront-ils  ? Comment la sécurité sera-t-elle assurée ? La municipalité ne répond pas à ces questions.

SAUVONS L’ÎLE NANCY D’UN AMÉNAGEMENT IRRESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT ET IRRÉFLÉCHI DANS LA DURÉE.
IL EST DES COMBATS QUI MÉRITENT D’ÊTRE MENÉS.
MOBILISONS-NOUS
CONTRE LE GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC !

 

Pour exprimer votre opposition au projet
retrouvez-nous
sur le marché pour signer une pétition

 

Le collectif TRANK’ÎLE regroupe des Andrésiens qui se mobilisent pour la défense de l’île Nancy indépendamment de toute appartenance à un parti ou à un syndicat.

Pour nous contacter : andresytrankile@gmail.com - Tél. 06 64 86 12 94

Retrouvez-nous aussi sur Facebook : andrésytrankile

 

Documents associés

Tract Trank’Île Avril 2015

Évènements associés

Tract Trank’Île Avril 2015