Tract Trank’Île Septembre 2015 - Les opposants au projet Trek’Île ne sont pas des chiens !

Andrésy Energies Rassemblées relaye le dernier tract du collectif Trank’Île.

Dans les numéros de mai et juin d’Andrésy Mag Hugues Ribault et son groupe ont pris pour cible le collectif Andrésy Trank’île et tous les opposants au projet « Trek’île ». La pétition contre le projet, remise au maire le 29 juin (1452 signatures), aurait-elle indisposé Monsieur le maire ? Non content de mobiliser la police nationale à l’occasion de la remise de la pétition, Monsieur Ribault n’hésite pas à accuser le collectif Trank’île de mensonge et de manipulation.

Dans les numéros de mai et juin d’Andrésy Mag Hugues Ribault et son groupe ont pris pour cible le collectif Andrésy Trank’île et tous les opposants au projet « Trek’île ». La pétition contre le projet, remise au maire le 29 juin (1452 signatures), aurait-elle indisposé Monsieur le maire ? Non content de mobiliser la police nationale à l’occasion de la remise de la pétition, Monsieur Ribault n’hésite pas à accuser le collectif Trank’île de mensonge et de manipulation.

La majorité municipale dédaigne les opposants au projet Trek’île. Malgré les manifestations de mai et juin, malgré la pétition, malgré les banderoles qui fleurissent dans la ville, Hugues Ribault persiste dans son projet et déclare cyniquement dans Andrésy Mag : « Les chiens aboient, la caravane passe... » : c’est un parfait exemple du mépris qu’il affiche régulièrement face à ses contradicteurs.

Faisons un petit calcul : 9330 Andrésiens sont inscrits sur les listes électorales. Hugues Ribault a été élu aux municipales de 2014 avec 2088 voix, ce qui représente 22,4 % du nombre des électeurs inscrits. Entre les abstentionnistes et ceux qui ont fait un autre choix 77,6 % des Andrésiens n’ont pas accordé leur confiance à Hugues Ribault. Pour ce maire si peu représentatif les Andrésiens qui ne l’approuvent pas ne sont-ils rien d’autre que des « chiens » qui aboient ?

Pour contrer les opposants à son « beau projet », Monsieur Ribault use toujours des mêmes arguments : « projet profondément écologique », « octroi des financements », et il se plaît à dire que « les Andrésiens seront satisfaits de ce nouvel espace vert »...

Pour ce qui est du respect de la nature, comment peut-il garantir que les « touristes » resteront sur les sentiers balisés, respecteront la flore, ne perturberont pas la faune et ne laisseront derrière eux aucun détritus ? Où stationneront-ils ? Comment la sécurité sera-t-elle assurée ? Il reste évasif sur le coût de l’entretien et occulte les conséquences des rotations des bateaux sur l’érosion des berges. Rien ne semble prévu pour y faire face.

En ce qui concerne le financement, Monsieur Ribault a beau noyer le poisson dans le marécage des institutions locales, c’est toujours de l’argent public qui sort de la poche des contribuables que nous sommes ! À l’heure où l’on parle d’économies à tous les niveaux ce projet ne peut pas être qualifié de prioritaire. Les priorités sont ailleurs !

Les groupes et associations Andrésy Dynamique, A.E.R., E.E.L.V. L’Hautil et C.E.A.S. ont manifesté leur soutien à notre collectif. Cette union pour la défense d’une même cause est exceptionnelle. Ceci démontre, s’il en était besoin, que la majorité municipale veut imposer un projet largement contesté par les Andrésiens.

Les membres du collectif Trank’île ainsi que les signataires de la pétition et les opposants de tout poil au projet Trek’île ne peuvent tolérer le mépris du maire à leur égard.

Afin que notre pétition ne reste pas lettre morte, nous l’avons portée à la connaissance du Conseil Départemental, de l’Agence des Espaces Verts, du Conseil Régional, du Préfet des Yvelines et de Ségolène Royal. Nous avons été contactés par le Sous-préfet que nous rencontrerons la semaine prochaine afin de lui exposer dans le détail les motifs de notre opposition au projet Trek’île.

Le collectif TRANK’ÎLE regroupe des Andrésiens qui se mobilisent pour la défense de l’île Nancy indépendamment de toute appartenance à un parti ou à un syndicat.

Pour les contacter : andresytrankile@gmail.com

Tél. 06 64 86 12 94

Retrouvez-les aussi sur Facebook : Andresy Trankile

Documents associés

Tract Trank’Île Septembre 2015 & Bulletin d’ahésion

A lire sur le sujet

Andrésy, le point de non retour !