Trek’île + Boulodrome = Trek’Boules !!!

Le projet Trek’ile s’asséchait ?
Le projet Boulodrome s’embourbait ?

Hugues Ribault et Alain Mazagol ont trouvé la solution : un Trek’Boules  !!!

Fini le problème de cette zone humide qui ne s’humidifie pas !

Fini les caprices des amis d’Andrésy Pétanque !

Récit de la genèse d’un projet « éco-novateur », aux yeux du maire d’Andrésy, et qui verra la création d’un boulodrome sur l’île, aux normes suffisantes pour accueillir des compétitions internationales.

Le Poisson d’Avril 2017 des élus municipaux d’AER... Bien que certains passage soient véridiques !

Trek’île : la zone humide toujours sèche

A ma gauche, sur le bureau du maire d’Andrésy : le dossier « projet Trek’île » s’assèche.

Ce nouveau parc urbain uniquement accessible par bateau, puisque sur l’île d’Andrésy, et au coût de 1,7 M €, dont 350 000 € directement à la charge des contribuables andrésiens, cumule problèmes et retards.

Il devait ouvrir il y a 10 mois. Or, à ce jour, le parc urbain est constitué de sentiers non aboutis, non protégés et inaccessibles puisque pas de passage possible sur le marchepied pour y parvenir.

D’abord noyés par la crue du printemps 2016, puis enherbés par les orties au printemps suivant, puis crottés par des milliers de fientes d’oiseaux, rendant la promenade impraticable var glissante. Quant à la zone humide, creusée sur l’île sur une surface représentant deux terrains de football, elle reste désespérément… sèche, et ce malgré les pompages dans la nappe des deux éoliennes…

 

Le projet du boulodrome qui s’enlise

A ma droite, sur le bureau du maire d’Andrésy : le projet du boulodrome qui s’enlise. Ce projet budgété et voté pour 54 000 € consiste en la création de 11 aires de jeu sur une surface de 700 m² et qui doit répondre aux normes de la ligue pour accueillir des compétitions internationales. Mais ce projet reste fortement contesté par les élus de l’opposition, par un bon nombre d’Andrésiens et plus encore par les riverains du parc sportif des Cardinettes qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’une centaine de boulistes frappant leurs boules d’acier en attendant de tirer ou de pointer… « On a déjà les nuisances de la départementale, c’est pas pour avoir des nuisances sonores en plus ! » se désole un riverain.

Le projet Trek’île est censé donner une utilisation à cet espace naturel sauvage qu’est l’île Nancy. En effet, le maire d’Andrésy considère que tout espace sauvage doit être valorisé par une pratique humaine. Le projet Boulodrome, lui, est censé être la contrepartie, sonnante et trébuchante, du soutien du président de l’association de Pétanque d’Andrésy aux dernières élections municipales.

 

La campagne pour François Fillon apporte la solution

C’est en tractant pour son candidat à la Présidentielle, François Fillon, un samedi matin au marché, qu’un Andrésien a suggéré une idée au maire, Hugues Ribault : « et pourquoi pas le boulodrome sur la zone rasée de l’île, à la place de la zone humide qui reste sèche ? ». Rapidement convaincu, le maire a mis au travail ses services : « pour sortir du bourbier de la zone humide toujours sèche, trouvons une solution en y installant le boulodrome de mes amis », a t-il déclaré lors d’une réunion de travail avec les directeurs des services.

Alors l’idée a fait son chemin : installons le boulodrome sur la zone humide sèche ! Recyclons les deux éoliennes pour fournir de l’électricité (éclairage et sono) les jours de compétition nocturne (les championnats nationaux et certains meetings internationaux ayant lieu le soir) ! Optimisons les nouvelles toilettes sèches installées sur la zone humide qui pourront servir à satisfaire les besoins de mictions des joueurs ! Enfin, utilisons le tout neuf débarcadère construit à hauteur de la zone actuelle pour emmener les pratiquants et les joueurs, dont la moyenne d’âge assez avancée rendait problématique la distance séparant le futur boulodrome de l’embarcadère de l’île Nancy.

 

Et le pastis, alors ?

Mais, pourquoi abandonner le boulodrome prévu au bout de la zone sud du parc sportif des Cardinettes ? Et bien parce que les boulistes andrésiens n’en étaient pas satisfait non plus.

Les adhérents de l’association d’Andrésy Pétanque se plaignaient de la distance séparant le projet du premier point d’eau (la seule fontaine qui se situe entre Diagana et le terrain synthétique de football) et des toilettes : car inimaginable de prévoir une petite partie de boules, sans le verre de pastis qui l’accompagne ! De surcroît, le président et les adhérents du club n’appréciaient pas la proximité de la route départementale : « les joueurs ont besoin de concentration et de calme. Ils n’ont pas besoin aussi de respirer les gaz des pots d’échappement ! » ont-ils rappelé au maire lors d’une réunion préliminaire de chantier.

Plus inattendu, les riverains du parc sportif se sont aussi manifestés : le projet boulodrome nécessite, en effet, de procéder à l’abattage et au dessouchage de 4 arbres du parc, ainsi qu’au terrassement d’une butte végétalisée qui fait office de protection naturelle avec la départementale.

Enfin, les élus de l’opposition municipale (notamment les élus AER) ont fait de ce projet à 54 000 € une arme redoutable pour critiquer la hausse des impôts locaux décidés par le maire et sa majorité.

 

Alain Mazagol : « On va arrêter de pomper pour rien ! »

« On va arrêter de pomper pour rien ; on va niveler cette zone, couler une dalle et installer les 11 pistes de compétition sur ce terrain défriché », a déclaré le maire-adjoint aux Travaux, Alain Mazagol, qui trouve l’idée de fusionner les deux projets « absolument géniale ».

« Les enfants auront leur coin de jeux [l’aire de jeux existant au niveau de l’embarcadère actuel] et leurs grands-parents pourront aller tirer la bourre ou biberonner au boulodrome ! » s’est enthousiasmé M. Mazagol lors de la dernière réunion de travail.

Dernier avantage : l’achat du nouveau bateau par la ville (100 000 € en 2017) pour emmener les promeneurs sur l’île sera amorti. Il permettra de relier directement le centre-ville au nouveau boulodrome.

Devant l’engouement du maire et du président d’Andrésy Pétanque pour ce projet « éco-novateur », à la mairie, on a déjà un petit nom au projet. Il s’appellera le « Treck’Boules » !

-------

Poisson d’Avril 2017.