Tribune AER - Août 2018

Le projet d’agrandissement des écoles Le Parc est mal pensé et sans réelle ambition.

Avec un budget certes plus élevé, la mairie d’Andrésy aurait pu solutionner quatre problématiques de la ville.

 

Face à l’augmentation de la population due aux projets immobiliers du maire, le groupe scolaire Le Parc va être agrandi et rénové.

La municipalité n’ayant rien fait depuis 17 ans, les deux-tiers du budget (4,5 M €) vont à la rénovation (dont l’accès Handicap qui aurait dû légalement être fait avant... 2015), et un tiers à l’agrandissement. Les élus AER ont exprimé trois regrets sur ce chantier.

  1. L’ajout de 2 classes se fait à la place du préau de l’élémentaire. Les enfants ne seront plus à l’abri des intempéries et n’auront plus d’espace de jeu couvert digne de ce nom.
  2. La cantine sera agrandie de 25 places, mais 80% des élèves de l’école y mangeant, elles ne suffiront pas à absorber le surplus d’enfants et le raccourcissement de 15 mn de la pause déjeuner avec le retour de la semaine de 4 jours.
  3. La municipalité a réfléchi de façon étroite en n’incluant pas, dans le projet, l’immeuble communal d’habitation situé à l’entrée de l’élémentaire. On aurait dû démolir cet immeuble vétuste et reconstruire à la place une cuisine, un grand réfectoire et une salle adaptée aux besoins du RASED.
    La salle Lepic aurait pu être rénovée et agrandie pour y ajouter des salles associatives cruellement manquantes actuellement.
    Le centre aéré des élémentaires auraient pu être déplacé au Parc élémentaire ce qui aurait positionné les deux centres aérés face à face, facilitant ainsi la vie des parents.
    L’espace Saint-Ex libéré, on aurait pu y transférer la bibliothèque. L’école de danse et de musique aurait alors récupéré l’espace devenu vacant.

Ainsi, pour un budget certes plus élevé, la Ville aurait solutionné quatre problématiques au lieu d’une.

Hélas, M. le maire et ses principaux adjoints (travaux, vie scolaire, culture) n’ont plus d’enfants scolarisés à Andrésy depuis très longtemps et ne vivent donc pas les difficultés rencontrées par leurs concitoyens qui, eux, vivent la ville.

Heureusement, M. FAIST, jeune retraité et maire adjoint depuis 17 ans, se présente aux municipales et prône le renouveau : on rigole !