Tribune AER - Avril 2017

Double hausse des impôts locaux !

Et voilà : la majorité municipale de M. Ribault vote une double hausse des impôts locaux.

Plus d’impôts mais... moins de services publics avec la fermeture de la crèche municipale et le licenciement des assistantes maternelles de la ville !

A mi-mandat, et malgré ses promesses de campagne, la majorité de M. Ribault vote une double augmentation des impôts locaux – la quatirème depuis qu’il est élu.

Et de un : la taxe foncière augmente de 18%...

à cause de la nouvelle interco pour laquelle la majorité votait il y a un an, mais sans avoir rien négocié.

Et de deux : la taxe d’habitation augmente de 8%...

Le maire trouve pleins de responsables : l’Etat qui baisse ses dotations. Problème : cela fait au moins cinq ans qu’elles baissent et le maire n’a rien anticipé.

Le maire ose écrire aussi que c’est de la faute à la hausse du SMIC et à la hausse de l’indice des fonctionnaires de catégories B & C qui permettra aux agents de la ville de recevoir entre 14 et 22 €/mois de plus sur leur bulletin de paye. Bref : pour le maire, s’il augmente les impôts, c’est de la « faute aux pauvres » !

M. Ribault est bien responsable de ces hausses d’impôts : il faut financer ses grands projets coûteux et inutiles (parc urbain sur l’île, port de plaisance). Sachez que la majorité a voté avec la hausse d’impôts, une hausse de leurs indemnités !

Hausse des impôts et… baisse des services publics.

Car au même moment, le maire a décidé de fermer la crèche familiale et de licencier 14 assistantes maternelles de la ville. La crèche familiale permet à des parents modestes de faire garder leurs enfants sur une plage horaire plus large que le multi-accueil et à un coût financier deux fois moins élevé qu’auprès d’une assistante libérale. La création d’un Relais d’Assistante maternelle (en lieu et place de la crèche) n’est qu’une maigre compensation. Comment l’UNICEF a t-il pu donner le label « Ville Amie des Enfants » à Andrésy ?

Enfin, nous déplorons l’accord donné à un projet d’immeuble situé au fond du parc de la villa classée « remarquable » (fiche 21, AVAP), au 36 boulevard du Général Leclerc. L’immeuble donnera dans la minuscule rue des Courcieux.

Décidément, il va être de plus en difficile de « crécher » dans la ville où M. Ribault est maire !

Portfolio