Tribune AER - Avril 2018

Un budget d’Andrésy toujours dans le rouge : malgré la hausse des impôts en 2017, MM. Ribault et Faist vont devoir encore emprunter.

Malgré des finances exsangues et une hausse attendue de la population, le maire persiste à dépenser 660 000 € pour un port de 60 bâteaux.

Les élus AER voient rouge : le maire a tu aux élus l’exceptionnelle projection d’un documentaire sur les orphelins juifs de Denouval au Mémorial de la Shoah.

Besoin de financement et emprunt, malgré 1,3 M d’impôt supplémentaire

Nous avons voté le budget prévisionnel 2018 avant de connaître le budget « réalisé » en 2017 et l’opposition n’a que 5 jours pour analyser les 110 pages du budget.

Par rapport aux derniers chiffres connus (2016), les dépenses de fonctionnement augmentent plus rapidement que la croissance de la population et pourtant l’interco GPS&O devait nous faire faire des économies grâce aux transferts de compétences.

En 2017, la hausse de 8% de la taxe d’habitation votée par le maire a permis 1,3 M € de recettes supplémentaires. Insuffisant : la ville a dû contracter un nouvel emprunt de 700 000 €.

 Pas de concrétisation d’équipements publics supplémentaires

A ces difficultés financières, s’ajoutent des inquiétudes sur la capacité de la ville à répondre à l’augmentation de 20 % de la population. M. Ribault en est aux deux-tiers de son mandat et aucun équipement public supplémentaire ne sortira de terre avant les premiers nouveaux immeubles (projets CCI et Gare) en 2020-2021.

Les agrandissements des écoles Denouval et Le Parc ne seront pas terminés. Le centre Louise Weiss n’aura toujours pas reçu son premier coup de pioche.

Au moins 20 % du budget Investissement sont consacrés à des projets inutiles : dernier en date, le port de plaisance de 50 anneaux à 660 000 €.

Les bornes de l’indécence politiques dépassées

Sur un tout autre plan, les élus AER ont été profondément choqués par une énième rétention d’information du maire sur un sujet qui ne devrait pas être utilisé à des fins électoralistes. Un documentaire exceptionnel, intitulé « Les Enfants de Denouval » a été réalisé sur les orphelins juifs qui avaient trouvé refuge au Chalet de Denouval en 1945.

Une projection exceptionnelle, ouverte au public, a eu lieu au Mémorial de la Shoah. Le maire a préféré taire cet événement aux élus de l’opposition.

Voilà, pour nous, les bornes de l’indécence politique dépassées. Rappelons que le maire s’était vu décerner le prix du « Bonnet d’âne de la Démocratie » en 2011 par l’Association Nationale des Elus de l’Opposition. Votre maire vous doit la transparence, elle passe par le respect de tous élus.

Portfolio