Tribune AER Juin / Juillet 2016

Quand le maire demande à recevoir les tribunes de l’opposition avant d’écrire les siennes...

Quand le maire décide seul, n’invite pas les élus aux réunions publiques...

Quand le maire, sans prévenir les élus, préempte des maisons andrésiennes pour ériger des immeubles en zone pavillonnaire.

Bref, un maire autocrate très en forme !

Vous l’aurez constaté, la tribune de la majorité du mois dernier répondait, dans la même édition, à la nôtre. Cette dernière informait de l’incroyable absence du maire pendant la crue. En grand démocrate, M. RIBAULT ne nous soumet pas ses tribunes, lui, et s’octroie le dernier mot.

 

Des « Voisins Vigilants » très proches du maire !

Du coup, nous sommes peu étonnés d’apprendre qu’il a, sans concertation avec les élus, fait adhérer la commune à l’association « Voisins Vigilants » et nommé ses soutiens « référents » de sécurité, sans prendre la peine de les former, autorisant toute dérive.

La Commission Sécurité n’avait pas entendu parler de ce projet... Pourquoi ne pas avoir mis en place le dispositif « participation citoyenne » porté par l’État ?

 

Une réunion publique sur le projet CCI, sans prévenir les élus, ni la maire-adjointe à l’Urbanisme !

Autre exemple : le maire organise une réunion avec les riverains du projet immobilier de la CCI mais n’y convie pas les élus.

A se demander s’il a même pensé à en informer Mme HENRIET, adjointe à l’Urbanisme, car cette dernière était encore absente à cette réunion qui portait sur un sujet concernant sa délégation et pour laquelle elle touche 850 €/mois.

 

Floraison des immeubles sur Andrésy : il faut bien caser les 2 800 personnes en plus prévus avant 2020 !

En ces temps de crue, peut-être est-elle noyée sous les nombreux projets immobiliers qui fleurissent chaque jour : rue de Chanteloup (15 à 25 logements), rue M. Berteaux (  50), rue de la Fontaine (?), sans parler de la gare et de la CCI (  400) ?

En imposant un PLU qui prévoit en 8 ans une hausse de 23% de la population, le maire a ouvert les vannes.

Les promoteurs se ruent sur les quartiers pavillonnaires pour y faire pousser des immeubles !

Mieux : alors qu’il avait délimité des zones spécifiques (« veilles foncières ») en les réservant à la ville, M. Ribault a préempté un bien (rue de Chanteloup) hors zone, pour qu’Andrésy fasse comme les promoteurs : un immeuble au milieu de pavillons dont la valeur comme la douceur de vivre s’en ressentiront !

 

On comprend mieux pourquoi le maire a, courageusement, supprimé les réunions de quartiers. Peut-être trouve-t-il que la démocratie participative, ça ne casse pas des briques !