Tribune AER - Mai/Juin 2017

Le maire bétonne la ville et joue à l’autocrate

Incroyable : le maire accepterait la destruction d’une propriété remarquable en plein vieux centre pour un immeuble. Mais à quoi sert donc l’AVAP ?

Incroyable : le maire souhaite l’absence des élus municipaux AER à la cérémonie UNICEF.

Nous vous avions déjà informés de l’extravagant projet immobilier (32 logements) sis au 36 boulevard Noël Marc qui couperait en deux la propriété inscrite à l’inventaire du patrimoine (fiche 21).

Les élus AER ont présenté au maire plusieurs points du permis qui posaient problème (cf. http://www.andresy-energies-renouvelees.com/analyse-et-position-d-aer-sur-le.html). Il nous a répondu que nos remarques étaient infondées. Or, l’architecte des Bâtiments de France nous a donné raison : le permis a été refusé le 31 mai.

 Quant au projet immobilier Gare (280 logements), il a été présenté aux élus. Nous avons été déçus par son aspect « ville nouvelle » avec une absence totale d’innovation en termes d’éco-urbanisme. Ainsi, les 600 logements construits entre 2019 et 2021 sur les deux gros projets ville (Gare + Robaresses) respecteront la réglementation thermique (RT) de 2012, et pas la RT 2020 ! Ils auront donc 8 ans de retard à leur lancement.

Rien n’est non plus envisagé comme protection phonique pour les immeubles contre la voie ferrée. En plus, il n’y a pas eu de garantie formelle de la mairie sur la crèche privée ou le centre médical.

Le cahier des charges passéiste du maire ne pourra être modifié qu’à la marge, après présentation aux Andrésiens. Encore une preuve de l’incapacité du maire à co-construire avec les habitants. Il pense, seul, faire les bons choix.

 Sur ce point, un autre fait nous a marqué : la mairie avait prévenu les écoles cinq semaines à l’avance de la date de remise du label Unicef « Ville Amie des Enfants ». Les élus AER n’ont reçu l’invitation que deux jours avant la cérémonie – qui a eu lieu en pleine semaine.

Cette façon de traiter l’opposition traduit surtout le manque de respect envers nous, élus municipaux qui représentaient près de 30% des voix aux dernières Municipales.

 Décidément, M. Ribault n’a pas pris le train « En Marche » ! En ne choisissant pas une nouvelle voie dans la façon de prendre les décisions, il préfère rester sur la voie de garage de l’autocratie.

Portfolio