Tribune AER - Novembre 2017

Vos élus de l’opposition AER bossent tellement bien, et l’équipe majoritaire tellement mal, que le maire est obligé de reprendre nos idées et nos projets !

Bon... Il y a encore des ratés. Comme cette nouvelle élection du Conseil municipal Jeunes, prévu depuis... deux ans mais improvisée en quelques jours. Encore un exploit du maire-adjoint à la Démocratie locale de M. Ribault !

Immeuble rue des Courcieux : le maire récupère l’affaire

Contrairement à ce qu’a écrit le maire, le permis de l’immeuble prévu rue des Courcieux a été rejeté grâce au travail des élus AER sur le respect des lois et règlements.

Quand nous lui avions dit (en conseil municipal) qu’il touchait un espace boisé protégé, le maire l’avait nié et claironné son soutien à ce projet immobilier. Il ose maintenant s’attribuer les fruits de notre travail alors que son objectif de + 1400 logements, d’ici 2022, l’oblige à bétonner la ville.

Les élus AER, eux, organisent des réunions régulières avec les associations de riverains touchés.

Andrésy : + 2800 habitants

Une augmentation de 2800 hab. sur Andrésy est attendue d’ici 2022. Si des travaux d’agrandissement des écoles sont prévus, des inquiétudes subsistent sur la capacité de notre ville à absorber ce supplément de population, en termes de services publics et de voiries.

Qu’en sera-t-il des engorgements d’évacuation d’eaux usées et pluviales, hélas trop fréquents, surtout cet automne (ex : rue Maurice Bertaux) ? La démultiplication des utilisateurs les amplifieront.

Le maire, le cuisiniste et les commerçants locaux

Concernant le commerce local, le maire a finalement rompu le contrat qu’il avait passé avec un…cuisiniste pour 23400 € et repris notre idée de faire appel à un manager de ville pour aider à l’essor du commerce de proximité.

Espérons que, cette fois, la mairie mette en œuvre les recommandations de l’expert.

Election du CMJ : le maire-adjoint aux abonnés absents

Enfin, nous restons toujours aussi étonnés du manque de travail et d’anticipation de certains élus. Alors que les élections au Conseil Municipal Jeunes (CMJ) sont prévues depuis 2 ans, elles ont été organisées à la va-vite, en quelques jours, sans que les collégiens et les parents n’en soient officiellement informés.

Résultat : comme en 2015, il n’y a que 15 candidats pour… 20 places !

M. Ribault a tellement de mal avec la démocratie participative, que, même lorsqu’il l’organise à sa façon, il n’y arrive pas…

Allez : on sait féliciter la majorité quand ils font du bon boulot !

Par contre, félicitations à Mme GENDRON, adjoint à la petite enfance, et aux services pour le WE de l’enfance.

Il faut aussi savoir dire ce qui va bien

Portfolio