Un Conseil municipal Jeunes annulé et reporté !!!

Face à l’absence de candidats au Conseil municipal Jeunes, la majorité municipale a dû annuler les élections prévues le 5 décembre dernier.

Ce report est la suite logique du travail bâclé de la municipalité qui a refusé tout travail de fond et toute concertation avec les partenaires intéressés par le projet. L’adjoint à la Démocratie de proximité, JP Dos Santos, pensait qu’une simple annonce dans le Journal de la ville suffirait...

Lors du Conseil municipal du 7 novembre dernier, les élus de l’opposition apprenaient que le Conseil municipal Jeunes (CMJ) allait être installé lors d’élections organisées au collège le 5 décembre...

Favorable à cette initiative citoyenne, les élus AER avaient néanmoins réagi à l’absence de tout travail de la Commission municipale et de toute concertation avec les partenaires intéressés. Nous avions alors fait des propositions d’amélioration, sous forme d’un amendement : voir http://www.andresy-energies-renouvelees.com/intervention-des-elus-aer-en.html

Un CMJ annoncé avec fracas...

Les services administratifs de la ville s’occupant des questions liées à la Jeunesse n’avaient pas été mobilisés pour ce projet. La majorité municipale avait aussi refusé bruyamment (lors de ce Conseil municipal) notre proposition de travailler avec les fédérations de parents d’élèves.

Et c’est pétrie de certitudes que la majorité de M. Ribault a lancé le projet CMJ par une campagne de communication massive. Comme tous les Andrésiens ont pu le constater, le CMJ a été au centre du dernier journal municipal (Novembre 2014) : Une, édito du Maire, dossier de deux pages et... tribune de la majorité.

Les élus AER ne peuvent que constater l’amateurisme de la majorité municipale sur ce dossier. Il faut dire que la « démocratie locale » est quelque chose de nouveau pour le maire et sa majorité...

L’adjoint à la Démocratie de proximité a affirmé en conseil municipal travailler « en partenariat » avec le collège et « beaucoup d’enseignants ». Renseignements pris, le collège n’a donné son accord que pour organiser les élections le 5 décembre. Ce n’est même pas l’adjoint lui-même qui est venu annoncer la création d’un CMJ aux membres du conseil d’administration du collège, en juillet dernier. C’est l’élue déléguée de la majorité, Mme Benilsi, qui est venue lire le courrier de M. Dos Santos.

A l’heure actuelle, aucun enseignant n’a été officiellement approché. Aucun projet pédagogique, ni séquences de cours ne sont prévues. 

Des élections annulées et un CMJ reporté

C’est donc pétri de certitudes que M. Dos Santos et le maire ont annoncé les élections du CMJ pour le 5 décembre au collège. Une simple annonce relayée par le journal municipal suffirait à mobiliser les jeunes, forcément prêts à s’engager dans une structure démocratique, pensait-on chez M. Ribault.

A quelques jours de l’élection, seules 13 candidatures avaient été enregistrées. Or, le CMJ doit être constitué de 20 collégiens de 4ème ou de 3ème. Les élections ont donc été reportées. Et, après avoir bruyamment refusé la proposition en Conseil municipal, la majorité municipale demande maintenant aux fédérations de parents d’élèves de travailler à la création de ce CMJ.

L’apprentissage de la démocratie de proximité

Le maire et sa majorité viennent d’apprendre que la démocratie de proximité ne pouvait se limiter à de simples opérations de communication. Il n’existe pas de candidatures spontanées à une nouvelle institution démocratique chez les citoyens. il faut être capable de les mobiliser. Pour cela il faut co-construire la structure et son mode de fonctionnement. Le CMJ est un outil potentiellement très intéressant : les élus AER réitèrent leur souhait de travailler avec la majorité sur ce projet.