Une réforme catastrophique des rythmes scolaires à Andrésy

Suite à la réunion houleuse à Julien Green, mercredi 2 juillet 2014, avec les familles andrésiennes, sur la mise en place effective des nouveaux rythmes scolaires à Andrésy pour la rentrée 2014-2015, les élus AER souhaitent porter ici la parole des parents qui ne peuvent aujourd’hui exprimer ouvertement leur mécontentement pendant ce conseil municipal, puisque vous avez depuis longtemps arrêté de donner la parole au public.

Le manque de clarté des courriers adressés aux parents (courriers parfois non parvenus ou incomplets) a entraîné une incompréhension sur les impératifs de la réforme, une incompréhension sur la mise en place effective de cette réforme à Andrésy et surtout une grande inquiétude quant à la mise en place de quotas et de pré-inscriptions pour le périscolaire du soir.

Mais plus que tout, c’est la facturation au forfait de la demi-heure de garderie de 16h à 16h30 qui, comme on pouvait s’y attendre, a soulevé un tollé.

Nous ne sommes pas du tout d’accord avec vos choix. Mais, même dans ces conditions déplorables, des solutions existent, sans forcément entraîner de frais supplémentaires.

Ainsi, en ce qui concerne, la garde des enfants de 16h à 16h30, voici des propositions que vous pourriez appliquer : par exemple, il serait tout à fait possible de :

  • faire sortir les plus grands en premier, puisque souvent ces derniers rentrent seuls ou peuvent attendre seuls leur parent devant l’école, puis laisser un animateur avec les plus jeunes dont les parents ne pourraient arriver avant 16h30. Les enfants restant réellement au périscolaire seront entre 16h et 16h30 en train de goûter et ne nécessiteront donc pas la présence sécuritaire d’un animateur pour 14 sachant qu’ils sont attablés à la cantine.

  • Si cette solution ne vous convient pas, il serait possible de proposer à des parents disponibles de venir renforcer les équipes d’encadrants sur la fameuse demi-heure. Ceci est tout à fait possible puisque 25% des effectifs d’encadrement n’ont pas obligation d’être diplômés. L’appel à candidature apporterait probablement des résultats qui vous surprendraient sur les efforts que beaucoup sont prêts à faire pour le bien-être de leurs concitoyens.

  • Si cette deuxième solution ne vous convient pas, il est aussi possible de rédiger un PEDT (puisque de toute façon vous comptez proposer des ateliers sur le périscolaire) et pouvoir profiter ainsi du décret d’aout 2013 qui abaisse, pour 3 ans à partir de la rentrée 2013, le taux d’encadrement minimum :

    • 1 animateur pour 14 mineurs de moins de 6 ans (la législation jusqu’ici en vigueur imposait un animateur pour 10 mineurs)

    • 1 animateur pour 18 mineurs de 6 ans et + (au lieu d’un animateur pour 14 mineurs).

Comme vous le voyez, Monsieur Le Maire, Monsieur Faist, quand on veut bien chercher, on trouve.

Il en va de même au sujet des inscriptions à la cantine le mercredi midi pour les enfants qui n’iraient pas au centre aéré l’après-midi.

Si l’égalité entre citoyens impose que ce service soit idéalement ouvert à tous, cette facilité pourrait au moins être accordée aux parents pouvant présenter soit une attestation de leur employeur sur leur travail effectif les mercredis matin soit un document attestant leur statut de travailleur indépendant. Ainsi, la municipalité serait assurée que seuls les parents réellement dans l’incapacité professionnelle de venir à 11h30 seraient concernés et vous pourriez dès lors constater que le nombre de ces derniers est assez faible et que le nombre d’enfants à prendre en charge sur le temps de cantine le serait tout autant.

La réunion d’hier soir a aussi été pour de nombreux parents l’occasion de faire votre connaissance, Monsieur FAIST, et votre manque empathie face à leur désarroi les a, pour beaucoup, choqué. Certains étaient encore persuadés avant de venir que leurs élus locaux étaient là pour servir l’intérêt du plus grand nombre et répondre au mieux aux attentes et inquiétudes de leurs administrés, ils sont repartis fort déçus pour ne pas dire totalement désabusés.

Cette réforme, préparée à la va vite pour les communes l’ayant mises en place dès 2013, était l’occasion, pour les communes comme Andrésy qui la mette en place en 2014, de réunir tous les acteurs de la vie de nos enfants autour de projets pédagogiques intéressants, et pas forcément ruineux. Quand on le veut bien on peut faire beaucoup avec peu. Hélas, la mise en place de la réforme à Andrésy a simplement démontré, si cela était encore nécessaire, que les projets voyants type halte de plaisance, aménagement de l’Ile Nancy, réaménagement du centre-ville passaient, dans vos priorités, bien avant nos enfants.

L’argent qu’une commune investit sur l’avenir de ces citoyens les plus jeunes est un choix de société, il est clair qu’investir pour nos enfants n’est pas le vôtre. C’est bien triste !!!

A lire sur le sujet

Conseil municipal du 3 juillet 2014

Andrésy : une non réforme des rythmes scolaires